•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouveau-Brunswick: controverse autour d'une fête des anglophones

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2004 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le drapeau du groupe Anglo Society, qui s'est fait connaître pour son opposition farouche au bilinguisme, flotte à l'hôtel de ville de Bathurst. Le conseil municipal a autorisé la célébration d'une fête des anglophones.

Un groupe qui s'est fait connaître pour son opposition farouche au bilinguisme a obtenu une autorisation du conseil municipal pour célébrer une fête des Anglais à Bathurst, au Nouveau-Brunswick. Une affaire qui suscite la controverse.

Le drapeau d'Anglo Society est actuellement accroché à un mât à l'intérieur de l'hôtel de ville de Bathurst, ville à majorité francophone. Les membres du groupe militant ne se sont jamais cachés pour dire que leur raison d'être était l'abolition du bilinguisme officiel au Nouveau-Brunswick.

En 2000, des militants de l'organisme antifrancophone avaient d'ailleurs déjà profané le drapeau acadien en plein jour de la fête des Acadiens, le 15 août, à Fredericton.

Le maire de Bathurst, Stephen Brunet, a néanmoins accepté d'accrocher le drapeau dans son hôtel de ville, estimant qu'il n'y a qu'un très faible pourcentage des membres de l'Anglo Society qui s'oppose au fait français.

Selon lui, l'objectif recherché par l'auteur de la requête, Buster Astle, est de célébrer la culture anglaise et non de créer des divisions entre les différentes communautés linguistiques. Il avance que le drapeau d'Anglo Society représente les anglophones au même titre que le drapeau acadien représente les francophones.

Mais pour Jean-Guy Rioux, de la Société des Acadiens et des Acadiennes du Nouveau-Brunswick, il s'agit d'une décision irréfléchie. « Je crois que le conseil municipal manque un peu de jugement, je ne sais pas sur quel point il s'appuie. S'il fait un lien entre l'Anglo Society et le peuple acadien, je pense qu'il y a là une grande erreur de jugement. »

Le conseil municipal a appuyé la motion à l'unanimité. L'une des conseillères, Lise Ouellette, a néanmoins avoué qu'elle ne connaissait pas très bien le passé de ce regroupement avant la tenue du vote. Mise au courant de la raison d'être de l'Anglo Society, elle avoue qu'elle y penserait maintenant à deux fois avant de voter en faveur d'une telle motion.

Outre Bathurst, la ville de Saint-Jean a elle aussi accepté la demande d'Anglo Society de faire flotter son drapeau. Ayant reçu la même demande, le conseil municipal de Miramichi a préféré former un comité pour étudier la question. Une décision doit être rendue pour l'an prochain.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.