•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le moustique commun se déplace plus au nord, des scientifiques s’inquiètent

Des moustiques.

Des programmes de surveillance des moustiques aident à capturer les espèces émergentes dans les provinces des Prairies.

Photo : Radio-Canada / Kory Siegers

Radio-Canada

En 2020, le programme de lutte contre les parasites de la ville d’Edmonton a confirmé la présence du Culex pipiens, également connu sous le nom de moustique commun, qui est d’habitude plutôt dans l'Est. Des scientifiques s’inquiètent des mouvements des moustiques vers le nord du pays et des maladies qu’ils propagent.

Cette semaine, Sarah McPike, technologue en sciences biologiques à la ville d'Edmonton, a trouvé un foisonnement de larves et de nymphes de Culex pipiens dans un centimètre d'eau au fond d'une poubelle dans son jardin. Connu comme étant un moustique urbain, il pond ses œufs dans l'eau stagnante. Dans les Prairies, le moustique le plus commun, l'Aedes vexans, pond ses œufs dans la végétation autour des plans d'eau.

En 2012, des chercheurs ont prédit qu'entre 2020 et 2080, le Culex pipiens serait capable de vivre dans des climats plus nordiques en raison du changement climatique et de la capacité des insectes à survivre à l'hiver en se déplaçant dans les intérieurs.

Cela semble être arrivé un peu en avance sur le calendrier, explique Sarah McPike. Il semble donc que le changement climatique pousse certains de ces nouveaux insectes à venir ici.

Virus du Nil occidental, dengue, Zika

John Soghigian, professeur adjoint de parasitologie à l'Université de Calgary, étudie les implications de l'établissement de cette espèce en Alberta. En fait, nous ne savons pas exactement comment le Culex pipiens survit aux hivers en Alberta [...] Nous n'en savons pas assez à ce sujet.

Le Culex pipiens est connu pour porter le virus du Nil occidental, qui peut être transmis aux humains et aux animaux et entraîner une maladie grave, notamment un gonflement du cerveau. Jusqu'à présent, le seul moustique en Alberta capable de propager la maladie était le Culex tarsalis qui n'allait cependant que jusqu’à Edmonton.

Des villes comme Toronto ont mis en place des programmes pour cibler les bassins où les Culex pipiens pondent souvent leurs œufs. Sarah McPike assure que la ville d'Edmonton envisage son propre programme pour faire face à l’arrivée du moustique.

Le nombre de moustiques invasifs se déplaçant vers le nord augmente, selon John Soghigian, et l’Aedes albopictus, le moustique tigre, l'inquiète. Celui-là est connu pour transmettre le virus Zika et la dengue, et il a été retrouvé aussi loin au nord que Windsor, en Ontario.

Le Culex pipiens n'a pas encore été retrouvé en Saskatchewan ou au Manitoba, mais John Soghigian pense qu’il continuera de s'adapter.

Je pense qu'il y a une prise de conscience croissante qu'avec le changement climatique et avec l'augmentation du nombre de moustiques invasifs au Canada, ce sera un problème qui ne disparaîtra pas et nous devons commencer à nous y attaquer.

Avec les informations de Kory Siegers et Terry Reith

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre ICI Alberta

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Alberta.