•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Femme disparue en 1975 : le SPVM avait une « personne d’intérêt », mais pas de corps

La police de Montréal s’est intéressée dès 1975 à Rodney Nichols, l’homme qui a récemment été accusé du meurtre de Jewell Parchman Langford.

Trois femmes en photo dans un article de presse ancien.

Jewell Parchman Langford, au centre, apparaît sur une coupure de presse parmi d'autres membres de l'American Business Women's Association. Le corps de Mme Parchman Langford a été retrouvé dans la rivière Nation, à Casselman, en 1975, mais n'a été identifié que des décennies plus tard.

Photo : Gracieuseté Police provinciale de l'Ontario

Le Service de police de Montréal (SPVM) ne s’en cache pas : ses enquêteurs ne savaient pas qu’une femme portée disparue en juin 1975 avait été retrouvée morte et ligotée quelques semaines plus tôt à 150 kilomètres à l’ouest, dans une rivière en Ontario.

Sans cette information clé, l’enquête du SPVM sur la disparition de Jewell Parchman Langford n’a jamais débouché. Cette femme de 48 ans, originaire du Tennessee, venait à peine de s’installer à Montréal au moment de sa disparition.

Le SPVM n’a pu identifier le corps retrouvé comme étant celui de madame Parchman Langford compte tenu des techniques d’enquêtes, des connaissances scientifiques et des communications de l’époque, explique le SPVM dans une déclaration écrite.

Les difficultés rencontrées par la police de Montréal incluaient l’absence, à l’époque, de techniques d’analyse d’ADN, de même que le fait que le corps avait été retrouvé dans une autre province, en Ontario.

Rappelons également que tout fonctionnait par téléphone, télécopieur ou la poste, en 1975. Maintenant, les informations concernant un corps retrouvé peuvent être partagées rapidement avec tous les services de police de la province, du pays ou encore à l’international, ce qui en facilite beaucoup l’identification, ajoute la porte-parole du SPVM Anik de Repentigny.

Un manque de communication entre les corps policiers

Détective à la retraite, Minh Tri Truong dit que l’enquête a sans aucun doute souffert de ce qui semble être un manque de communication entre le SPVM, la Sûreté du Québec (SQ) et la Police provinciale de l’Ontario (PPO).

Tant qu’on ne trouve pas le cadavre, ça reste une disparition.

Une citation de Minh Tri Truong, ancien détective au sein du SPVM

Minh Tri Truong n’a jamais travaillé sur la disparition de cette femme, mais il note que les interrogatoires de la police se seraient déroulés différemment si le SPVM avait été au courant de la découverte d’un corps en Ontario.

S’ils avaient fait un lien, cela aurait changé [l’enquête] sur plusieurs dimensions, affirme celui qui a travaillé pendant 30 ans au SPVM. Des accusations de meurtre sans que le cadavre ne soit retrouvé, dans l’histoire du Canada, il y en a eu quatre ou cinq, pas plus.

Une personne d’intérêt

En 2020, la PPO a identifié le corps retrouvé dans la rivière Nation en 1975 comme étant celui de Jewell Parchman Langford. L’identification s’est faite grâce à l’utilisation de nouvelles techniques en matière d’analyse d’ADN et de généalogie génétique.

Un photo de Jewell P. Langford.

Une photo de Jewell P. Langford

Photo : Gracieuseté Denise Chung

Deux ans plus tard, la PPO a accusé Rodney Nichols du meurtre de cette femme et amorcé des démarches d’extradition, étant donné que celui-ci réside maintenant en Floride.

Il n’a pas comparu en lien avec cette accusation et n’a pas reconnu ou nié sa culpabilité. Radio-Canada a tenté sans succès de joindre cet homme, aujourd’hui âgé de 81 ans, à la résidence où il habite.

C’est ce même Rodney Nichols que le SPVM avait interrogé, en 1975, en lien avec la disparition de Jewell Parchman Langford.

Le SPVM considérait monsieur Nichols comme une personne d’intérêt, affirme la porte-parole du SPVM Mélanie Bergeron.

Selon la PPO, les deux avaient habité ensemble pour une courte période de temps à Montréal.

Avant de s’établir à Montréal, Jewell Parchman Langford était une femme d’affaires à Jackson, au Tennessee, où elle avait ouvert un spa spécialisé dans la remise en forme.

Des personnes avec des pelles pour une pelletée de terre inaugurale.

Selon les journaux locaux, Jewell Langford avait ouvert un centre spécialisé dans l’exercice et la perte de poids, en 1972, nommé le Imperial Health Spa.

Photo : Archives du journal The Jackson Sun - 1972

Après que Jewell Parchman Langford eut été portée disparue, en 1975, Rodney Nichols a continué à utiliser sa voiture - une Cadillac - pour son usage personnel, selon plusieurs sources.

Selon des membres de la famille de Jewell Parchman Langford, un de ses frères s'est rendu à Montréal après sa disparition pour récupérer la Cadillac.

À cette époque, Rodney Nichols était un joueur vedette au sein du club de rugby de Westmount.

Un de ses anciens coéquipiers, Henry Rozenblat, raconte que Rodney Nichols avait décrit Jewell Parchman Langford comme son intérêt amoureux et qu’il les a vus ensemble à quelques reprises.

Henry Rozenblat se souvient que, plus tard, Rodney Nichols avait dit que Jewell Parchman Langford était partie et qu’il ne savait pas exactement où elle était allée.

Selon la famille Parchman Langford, celle-ci aurait cessé de donner des nouvelles à partir de la fin avril 1975.

Le SPVM affirme que la disparition de Jewell Parchman Langford a été signalée par un membre de sa famille de passage à Montréal le 5 juin 1975, et que l’avis de disparition a été officiellement enregistré le 5 août 1975.

Le corps de Jewell Parchman Langford a été retrouvé le 3 mai 1975 près de Casselman, en Ontario, mais n’a pu être identifié pendant 45 ans. Durant cette période, ce corps était connu comme celui de la Dame de la rivière Nation.

La rivière Nation, dans l’est ontarien.

Jewell Langford a été retrouvée dans la rivière Nation, en Ontario, le 3 mai 1975.

Photo : Gracieuseté : Police provinciale de l'Ontario (PPO).

Une fois le corps identifié, en 2020, le SPVM a fait part de ses archives sur l'enquête à la PPO pour faire avancer le dossier.

Nous avons collaboré pendant plusieurs mois à cette enquête de la PPO et nous avons partagé des informations essentielles à la conclusion du dossier avec elle, affirme la porte-parole du SPVM Anik de Repentigny.

Rodney Nichols est né en Nouvelle-Écosse en 1942 et s’est joint à l’armée de terre au Royaume-Uni en 1961. Selon un porte-parole du ministère de la Défense en Angleterre, Rodney Nichols a servi au sein de la Wessex Brigade, mais n’a pas terminé son entraînement.

Avec des informations de Denis Babin et Douglas Gelevan

La section Commentaires est fermée

Compte tenu de la nature délicate ou juridique de cet article, nous nous réservons le droit de fermer la section Commentaires. Nous vous invitons à consulter nos conditions d’utilisation. (Nouvelle fenêtre)

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Ottawa-Gatineau

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Ottawa-Gatineau.