•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un projet pilote pour réduire les nids-de-poule

Omotunde Adeniran, Peter Holt-Hindle, Fred Hakala et Aseer Masnoon.

De gauche à droite : Omotunde Adeniran, étudiant diplômé de l'Université de Lakehead, Peter Holt-Hindle, superviseur à FP Innovations, Fred Hakala, directeur général de Pioneer Construction et Aseer Masnoon, étudiant diplômé de l'Université de Lakehead

Photo : CBC Heather Kitching

Radio-Canada

Un projet pilote sur l'amélioration de la chaussée en cours à l'installation de déchets solides et de recyclage de Thunder Bay obtient des résultats prometteurs.

En effet, un tronçon de route y a été pavé d'asphalte imprégné de déchets d'usine de pâte à papier et il semble en tout aussi bon état que les routes pavées avec un produit traditionnel, contenant plus de carbone.

Voilà ce que semble indiquer la dernière inspection effectuée par une équipe de l'Université Lakehead qui travaille en partenariat avec Pioneer Construction et FP Innovations, un organisme à but non lucratif de recherche et développement dans le secteur de l'industrie forestière.

Trois hommes debout sur deux tronçons de route. Celui du projet pilote semble plus brun.

La différence de couleur entre les deux tronçons de route s'explique par la présence de la lignine dans le tronçon sur lequel se trouve Omotunde Adeniran, en avant-plan. La lignine confère aux troncs d'arbres leur couleur.

Photo : CBC Heather Kitching

Dans l’asphalte utilisé pour ce projet, cinq pour cent du bitume a été remplacé par de la lignine, un polymère contenu dans les arbres qui leur confère rigidité et imperméabilité.

Selon la littérature et des observations faites sur le terrain, l'asphalte contenant de la lignine résiste mieux à la fissuration, affirme Aseer Masnoon, étudiant diplômé de l’Université Lakehead.

La revue de la littérature suggère que l'asphalte modifié à la lignine aurait moins de nids-de-poule que l'asphalte ordinaire.

Une citation de Aseer Masnoon, étudiant diplômé de l’Université Lakehead

Pour le moment, aucun nid-de-poule n’est visible sur le tronçon de route modifié à la lignine ou sur le tronçon adjacent revêtu d'asphalte ordinaire.

M. Masnoon et son homologue Omotunde Adeniran parcourent les 100 mètres de route du projet pilote afin d’inspecter les fissures dans la chaussée, d’évaluer la profondeur des dépressions et de mesurer les faïençages, ces ensembles de fissurations et de craquelures observables à la surface.

Les résultats sont comparés aux mesures des années précédentes pour déterminer la vitesse à laquelle se dégrade l'asphalte.

Quand l’innovation stimule l’industrie

Composante du bois, la lignine est un important résidu de l’industrie des pâtes et papiers.

Un déchet que les chercheurs s’efforcent d'utiliser pour créer des alternatives vertes aux produits à base de combustibles fossiles comme les produits chimiques, les résines et les plastiques.

Trouver des marchés pour ce matériau pourrait également créer de nouvelles sources de revenus pour les industries de pâtes et papiers prévalentes dans le Nord-Ouest de l’Ontario.

C’est d'ailleurs dans l’optique d’appuyer la recherche sur la lignine que les gouvernements fédéral et provincial ont massivement investi à Thunder Bay.

Leurs investissements ont ainsi mené à la mise en place de deux bioraffineries pilotes, qui extraient la lignine des déchets de l'usine de pâte à papier, et au financement d’installations de recherche de pointe à l’Université Lakehead.

Le tronçon d’asphalte modifié à la lignine est à l’étude depuis maintenant deux ans.

Depuis, FP Innovations a pavé des routes au Québec et en Colombie-Britannique avec des asphaltes contenant des concentrations plus élevées de lignine, soit de 10 % et 20 % respectivement, explique Peter Holt-Hindle, superviseur chez FP Innovations.

Nous travaillons par petites étapes ici afin d’atteindre le niveau de substitution optimal, dit-il.

Ce projet constitue l'un des premiers tests que nous avons effectués pour prouver que la technologie fonctionne bel et bien dans des conditions réelles.

Une citation de Peter Holt-Hindle, superviseur chez FP Innovations

En dépit des performances positives du produit jusqu'à présent, les acheteurs demeurent méfiants, note toutefois Fred Hakala, directeur général de Pioneer Construction.

Bien que ce produit coûte moins cher que l'asphalte ordinaire, ils souhaitent que les économies soient plus notables avant de risquer l'utilisation de produits inconnus.

Il faudrait que les gens aient un petit changement d’état d’esprit, conclut-il.

Avec les informations de Heather Kitching de CBC

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Ontario

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Ontario.