•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grève des ports : à quoi ressemble le métier de débardeur de nos jours?

Des grévistes à Port Moody, en Colombie-Britannique, le lundi 3 juillet 2023.

Depuis samedi 1er juillet, des milliers de travailleurs des ports de la Colombie-Britannique font grève.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Radio-Canada

La grève qui paralyse les ports de la Colombie-Britannique depuis le 1er juillet remet en lumière le métier de débardeur. Dans un conflit la sous-traitance et l'automatisation comptent parmi les principaux points d'achoppement, il y a lieu de se demander : « à quoi ressemble le métier de débardeur en 2023? »

Un débardeur s’occupe d'entreposer ou de déplacer des marchandises vers ou depuis les élingues des navires ou les barges le long des quais, d’après la convention collective qui lie les grévistes à leur employeur.

L’emploi consiste à charger et décharger des camions ou empiler des marchandises à l’aide de grues.

Si le métier a été très manuel, l’arrivée des conteneurs, au début des années 1970, a complètement transformé notre industrie, assure le conseiller syndical, Michel Murray, du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP).

[C']est principalement [...] un métier d'opérateur de pièces de machinerie lourde, des pièces spécifiques à l'industrie maritime que vous ne retrouverez pas ailleurs, explique le syndicaliste.

Ces opérations exigent d'être disponible 24 h sur 24, 7 jours sur 7, jour, soir, nuit et fin de semaine, explique le syndicaliste avant d’ajouter que la profession est incompatible avec une vie sociale épanouie.

Des conditions changeantes

Si le chargement et le déchargement de navires et de camions peut être une tâche exigeante physiquement, la mécanisation a effectivement transformé le métier, confirme Jean-Claude Bernatchez, professeur titulaire au département de gestion des ressources humaines à l’Université du Québec à Trois-Rivières.

La pénibilité du travail est largement diminuée dans les ports. C'était pénible avant les grues, nuance-t-il.

Le port de Vancouver.

Au sixième jour du mouvement de grève, les négociations sont au point mort entre le Syndicat international des débardeurs et des magasiniers du Canada et l'Association des employeurs maritimes de la Colombie-Britannique.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Au moment où le syndicat dénonce les effets dévastateurs de l'automatisation des ports, le directeur de l'Observatoire des relations de travail croit tout de même que les ports canadiens restent insuffisamment automatisés.

Combien gagnent les débardeurs en Colombie-Britannique?

L’Association des employeurs maritimes de la Colombie-Britannique (BCMEA) affirme, dans un communiqué publié lundi, proposer à ses travailleurs des emplois bien rémunérés qui permettent de subvenir aux besoins de leur famille.

En 2022, le salaire médian d'un débardeur [du Syndicat international des débardeurs et des magasiniers du Canada] en Colombie-Britannique était de 136 000 dollars par an, plus les avantages sociaux et la pension, affirme l'employeur. Les heures travaillées en soirée et de nuit sont majorées, tout comme les fins de semaine.

Un employé en grève.

Depuis samedi, près 7400 employés dans plus de 30 ports de la Colombie-Britannique font grève.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

L’association confirme une augmentation de 40 % des salaires, au cours des 13 dernières années, soit plus que l'inflation (30 %). Elle ajoute que les salaires ont augmenté d'environ 10 % au cours des trois dernières années, depuis le début de la pandémie de COVID-19.

À l'évidence, on est bien payés, reconnaît Michel Murray, qui souligne toutefois que les débardeurs touchent de 4 à 5 fois moins que les présidents d’associations patronales, qui ne sont même pas assis à table de négociation.

Avec des informations de l’émission Phare Ouest

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Colombie-Britanique

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Colombie-Britanique.