•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quel sera l’impact à long terme des microplastiques sur nos cours d’eau douce?

Un cygne tente de nager dans une rivière remplie de déchets de plastique.

Au moins 8,8 millions de tonnes de déchets plastiques finissent dans l'océan chaque année dans le monde, soit l'équivalent d'un camion poubelle déchargé toutes les minutes. (Photos d'archives)

Photo : afp via getty images / ANDREJ ISAKOVIC

Des chercheurs de trois universités ontariennes entament cet été une étape importante de leur étude sur l’effet à long terme des microplastiques sur les cours d’eau douce, menée au centre de recherche de la Région des lacs expérimentaux (RLE), dans le Nord-Ouest de l’Ontario.

Ces résidus, mesurant à peine quelques millimètres ou moins, proviennent de plusieurs sources, dont la détérioration de produits en plastique ou encore le lavage de vêtements.

Chelsea Rochman, professeure adjointe en écologie et en biologie évolutive à l’Université de Toronto et chargée de l’étude, visitera ce laboratoire naturel à plusieurs reprises, où travaillent régulièrement ses étudiants, collègues et partenaires des universités Lakehead et Queen's.

Deux personnes en bateau sur un lac.

Chelsea Rochman (gauche) compte sur l'aide d'une cinquantaine d'étudiants, dont Francis Nuamah (droite).

Photo : Avec l'autorisation de Chelsea Rochman

Nous utilisons les lacs pour essayer de comprendre où se dirigent les microplastiques dans l’écosystème lorsqu’ils y accèdent, explique-t-elle.

Où vont-ils? Quelle quantité demeure à la surface? Qu’est-ce qui se retrouvera sur la rive? Qu’est-ce qui reposera dans le fond du lac? Comment se propagent-ils dans la chaîne alimentaire?

Une citation de Chelsea Rochman, professeure adjointe à l'Université de Toronto

Pour mieux prévenir la pollution causée par les plastiques dans les cours d’eau, il faut répondre à toutes ces questions à l’aide d’une étude à grande échelle qui se fera dans un lac.

Un enjeu de portée mondiale

D’ici la fin des recherches, en 2030, Mme Rochman espère avoir suffisamment de données pour motiver les gouvernements à plusieurs niveaux d’adopter de nouvelles mesures pour réduire la quantité de plastiques dans les cours d’eau douce.

Bien que l’étude ait lieu en Ontario et au Canada, les questions auxquelles nous tentons de répondre ont une portée mondiale, rappelle la chercheuse.

J’espère que nos trouvailles permettront d’appuyer des efforts ici, chez nous, et ailleurs sur la planète.

Une citation de Chelsea Rochman, professeure adjointe à l'Université de Toronto

Les chercheurs apprennent à connaître le lac qui leur sert de laboratoire depuis le lancement de la première phase de l’étude en 2019.

Des anneaux flottants sur un lac.

Des enclos flottants ont été utilisés pour contenir les microplastiques insérés dans le lac lors de la première phase de l'étude.

Photo : Avec la permission de l'Institut international du développement durable

Lors de la deuxième étape, ils y placeront périodiquement des microplastiques de différentes tailles pendant les trois prochains étés pour recréer le niveau de pollution qu’on perçoit dans les Grands Lacs et les effets d’une forte pluie qui verse ces résidus dans les cours d’eau.

On travaille d’une façon vraiment précise pour ne pas utiliser beaucoup de plastique, assure Pauline Gerrard, directrice adjointe du centre de recherche de la RLE.

Deux personnes placent des morceaux de plastique dans l'eau.

Plus de 20 chercheurs et 50 étudiants assurent la surveillance des cours d’eau, la récolte d’échantillons et la manipulation des lacs.

Photo : Avec l'autorisation de l'Institut international du développement durable

Le courant du lac est contrôlé à l’aide de barrages, pour prévenir l’échappement des plastiques.

Une fois l'insertion des plastiques terminée, il ne reste qu'à assurer le suivi des tests et analyser les données.

Déjà, les chercheurs constatent que la portion de l’écosystème qui sera le plus durement frappé par la présence de microplastiques sera le fond du lac.

Mme Rochman s’attend à ce que ces données aident à établir des normes de surveillance des cours d’eau douce.

De plus, elle espère apprendre comment ces microplastiques s’enfouissent dans le fond du lac, s’il est efficace d’utiliser des contenants conçus pour piéger ces polluants et si le lac saura rebondir après des années d’exposition aux résidus.

Le changement climatique et les lacs

L’équipe du centre de recherche de la RLE, qui comprend une vingtaine de stagiaires aux études, mène ses propres recherches cet été.

Elles portent notamment sur l’impact du changement climatique sur la capacité d’absorption de carbone des lacs boréaux.

Des appareils ont été installés dans un lac pour mesurer son niveau de carbone et on se sert d’images satellites pour mieux comprendre la formation de glace sur les lacs en hiver.

Gros plan d'un lac et sa rive qui longe une forêt.

La région des Lacs expérimentaux consiste en 58 petits lacs qui servent de laboratoire pour la communauté scientifique.

Photo : Avec l'autorisation de l'Institut international du développement durable

Pauline Gerrard constate que le réchauffement climatique a eu plusieurs effets négatifs sur l’écosystème local, dont les poissons, qui sont maintenant plus petits.

Selon elle, cette étude sera un outil important pour les gouvernements souhaitant mieux protéger la nature boréale.

Les résultats pourraient aussi servir à améliorer la gestion des routes de glace, qui sont devenues la source de problèmes d’approvisionnement pour les Premières Nations du Nord de l’Ontario.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Ontario

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Ontario.