•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du personnel enseignant non légalement qualifié sur les bancs d’école

Un mortier, et un diplôme posés sur des piles de livres dans une bibliothèque, de part et d'autre d'un ordinateur portable.

En tout, ce sont trois cohortes de 60 personnes qui ont entamé leur cours. (Photo d'archives)

Photo : Getty Images / Chinnapong

Radio-Canada

Plusieurs établissements scolaires dépendent des enseignants non légalement qualifiés afin de contrer la pénurie de main-d’œuvre. Cette semaine, 180 personnes ont débuté le nouveau programme de l’Université de Sherbrooke, le parcours PROF, qui contribue à la formation de ces enseignants.

Nancy Granger, vice-doyenne à la formation continue et aux études supérieures, se réjouit de constater que la cohorte contient des personnes qui enseignent au primaire, mais aussi au secondaire et en adaptation scolaire. Ça s’adresse aux personnes qui sont en emploi présentement, donc des enseignants engagés, mais qui n’ont pas de qualification en enseignement, donc pas de brevet.

En tout, ce sont trois cohortes de 60 personnes qui ont entamé leur cours. C'est un succès pour le temps qu’on a eu pour faire la promotion et l’inscription en moins d’un mois donc on est choyé , raconte gaiement Mme Granger au micro de Par ici l'info.

On a de tout. On a des gens qui ont leur DEC [diplôme d'études collégiales] comme on a des gens qui terminent leur maîtrise en psychologie ou qui étaient notaires, on a vu des vétérinaires. Il y a toute sorte de personnes qui ressentent un appel pour la profession enseignante et moi ce que je voulais, c’est de valoriser leur élan à partir des compétences qu’ils ont déjà et d’aller chercher celles que l’on souhaite.

Une citation de Nancy Granger, vice-doyenne à la formation continue et aux études supérieures à l'Université de Sherbrooke

Ces étudiants vont ainsi sortir de leur formation avec un certificat de 30 crédits. On travaille avec le ministère de l’Éducation pour être prolongé jusqu’à un baccalauréat. Éventuellement ce baccalauréat répondrait aux normes du ministère [de l'Éducation] qui doivent encore être précisées parce qu’il y a beaucoup de changements actuellement, souhaite Mme Granger.

Le parcours s’étend sur une année et demie. Ce qui caractérise le parcours PROF à sa version finale, c’est que l’on souhaite développer la reconnaissance des acquis expérientiels pour voir avec quel bagage les personnes non légalement qualifiées arrivent et valoriser ce bagage-là au regard des compétences en enseignement.

On essaie surtout d’avoir une structure globale qui permet à tout le monde d’être là, mais de travailler sur leur profil singulier.

Une citation de Nancy Granger, vice-doyenne à la formation continue et aux études supérieures à l'Université de Sherbrooke

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Estrie

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Estrie.