•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De nouveaux services aux étudiants autochtones à l’Université de Windsor

Brytnee Brough du Centre d'amitié autochtone Can-Am signe un document, installée à la table avec les cosignataires.

Des représentants de l'Université de Windsor et du Centre d'amitié autochtone Can-Am signent une entente de partenariat d'au moins deux ans pour s'engager à soutenir le bien-être des étudiants autochtones qui fréquentent le campus.

Photo : Radio-Canada / Camille Kasisi-Monet

Radio-Canada

L'Université de Windsor offrira de nouveaux services à ses étudiants autochtones grâce à une entente signée mercredi, Journée nationale des peuples autochtones, avec le Centre d'amitié autochtone Can-Am.

Les représentants des deux organisations étaient présents au parc Ojibway pour l’occasion. L’entente de deux ans pourra être renouvelée.

Brytnee Brough, vice-présidente du Centre d'amitié autochtone Can-Am, affirme que l’Université a déjà acheté une maison sur le campus principal qui regroupera tous les services destinés aux étudiants autochtones.

On va avoir des services notamment en santé mentale, en emploi et même des bourses d’études, explique Mme Brough. Elle est aussi candidate à la maîtrise du département d’Éducation de l’Université de Windsor.

Brytnee Brough porte une jupe autochtone traditionnelle.

Brytnee Brough souligne l'importance de créer un espace où les étudiants autochtones peuvent échanger et obtenir de l'aide personnalisée.

Photo : Radio-Canada / Camille Kasisi-Monet

Selon elle, cette collaboration est nécessaire, car les étudiants autochtones font face à des défis particuliers, notamment pour la recherche de logement, puisque bon nombre d’entre eux viennent des communautés éloignées.

Souvent, il est difficile pour des étudiants autochtones de trouver un logement en raison du racisme, explique-t-ellepar ailleurs. Elle ajoute que ce partenariat a été rendu possible grâce au financement des gouvernements provincial et fédéral.

Un pas en avant

Le président de l'Université de Windsor, Robert Gordon, se réjouit de franchir cette nouvelle étape.

Je pense que c'est une occasion pour nos deux organisations de travailler ensemble pour amener des solutions qui permettent de concrétiser notre engagement vers la vérité et la réconciliation, affirme-t-il.

De son côté, la présidente du Centre d'amitié autochtone Can-Am, Jennifer D'Alimonte, se dit fière de l’évolution des mentalités. Elle affirme que l’Université de Windsor contribue à la déconstruction des valeurs colonialistes qui perdurent dans le système d'éducation.

Je suis absolument stupéfaite qu'il soit possible d'entrer dans une université et d'y apporter notre culture sans être ostracisé ou se sentir inférieur, lance-t-elle, en ajoutant que c’est un grand jour.

Un ancien étudiant salue l'initiative

Louis Marion est un ancien étudiant de l’Université de Windsor. Il est maintenant avocat et représente juridiquement le Centre d'amitié autochtone Can-Am.

Louis Marion porte un chapeau et des lunettes et regarde la caméra

Selon Louis Marion, avoir des services pour étudiants autochtones au campus est une excellente nouvelle.

Photo : Radio-Canada / Gabriel Nikundana

Selon lui, cette collaboration est positive. Il se souvient qu’il n'avait presque pas de services pour les étudiants autochtones à son époque, dans les années 1990.

Quand j'étais à l’Université, il n’y avait pas de ressources. Nous étions trois et quatre étudiants autochtones dans ma cohorte, se rappelle-t-il.

M. Marion souligne que ce protocole permettra aux étudiants autochtones de se rencontrer et d'être à l'aise dans leur environnement d’apprentissage.

À l'heure actuelle, l'Université de Windsor ne peut dire exactement combien d'étudiants autochtones sont inscrits, notamment parce que les étudiants ne s'identifient pas toujours comme autochtones au moment de leur admission.

Au cours de la prochaine année scolaire, au moins une cinquantaine d’étudiants autochtones sont attendus.

Par ailleurs, l'Université de Windsor compte une trentaine de professeurs autochtones.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Ontario

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Ontario.