•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La SOPFEU ne craint pas une reprise des feux de forêt sur la Côte-Nord

Un avion-citerne largue de l'eau sur une forêt.

La SOPFEU se dit en mesure de contenir les 17 feux actifs sur la Côte-Nord, malgré la chaleur à venir.

Photo : SOPFEU

Radio-Canada

Malgré la chaleur prévue cette semaine sur la Côte-Nord, la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) a bon espoir que les 17 brasiers actifs dans la région demeurent contenus ou maîtrisés. Les opérations des dernières semaines s’avèrent payantes, selon l’organisme.

On ne part pas de zéro, assure l’agente à la prévention et aux communications de la SOPFEU, Karine Pelletier. Même si le feu devait sortir de son périmètre, [avec] les acquis opérationnels et les ressources présentes sur le terrain, on est assez confiant qu'il n'y aura pas de conséquences graves, ajoute-t-elle.

Néanmoins, la chaleur qui s'abattra sur la Côte-Nord dans les prochains jours risque d'accroître les risques d’incendie, selon le météorologue de sensibilisation aux alertes pour Environnement et Changement climatique Canada, Simon Legault.

Il explique que les températures bien au-dessus de la normale, l’absence de précipitations, l’air sec et la présence du soleil sont des conditions favorables à l’assèchement de la végétation.

Ce sont tous des facteurs qui, mis ensemble, ne sont pas nécessairement positifs pour le contexte des feux de forêt.

Une citation de Simon Legault, météorologue de sensibilisation aux alertes pour Environnement et Changement climatique Canada

Poursuite des opérations

La SOPFEU s’en tient donc à son plan de match : sécuriser le pourtour des feux de forêts.

Les opérations en cours près de Sept-Îles consistent à retirer tous les combustibles pour délimiter des périmètres d'arrêt des feux – nommés lignes d’arrêt mécanisées. Ce sont tous des acquis opérationnels qui ont fonctionné et qui sont maintenus, explique Karine Pelletier.

Un feu de forêt.

Le combat contre les feux se déroule à la surface, mais aussi sous le sol.

Photo : André Michel

Ainsi, aucun des 17 feux actifs sur la Côte-Nord n’inquiète la SOPFEU. Les priorités de l’organisme demeurent encore la protection des communautés et des installations stratégiques.

Lundi, 127 pompiers de la SOPFEU étaient présents sur les lignes de feu de la Côte-Nord. Environ 80 autres en provenance des États-Unis ont fait leur arrivée dans la région et les rejoindront mardi.

Quant à eux, les militaires canadiens venus en renfort sur la Côte-Nord il y a deux semaines ont été déployés dans l’ouest du Québec, près de Lebel-sur-Quévillon et Chibougamau.

Détecter les points chauds

La SOPFEU tente également d’identifier les points chauds sous le sol à l’aide de caméras thermiques. En effet, les feux de forêt de grande intensité atteignent parfois les racines sous terre.

C'est surprenant, mais c'est comme ça que l'incendie dure longtemps. C'est pour ça qu'on fait de la thermocartographie pour détecter les points chauds.

Une citation de Karine Pelletier, agente à la prévention et aux communications de la SOPFEU

Les équipes sur le terrain s’affairent entre autres à creuser et à étouffer les feux souterrains afin d'éteindre chacun des points chauds et d’arriver à leur extinction finale.

Avec les informations de Lambert Gagné-Coulombe

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Côte-Nord

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Côte-Nord.