•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rémi Belliveau réalise un rêve artistique au Fort Beauséjour

Rémi Belliveau devant le musée du Fort Beauséjour.

L'artiste multidisciplinaire Rémi Belliveau vient de réaliser un tournage au Fort Beauséjour dans le cadre de plus grand projet musico-cinématographique de sa carrière.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L'artiste multidisciplinaire Rémi Belliveau vient tout juste de terminer un tournage au Fort Beauséjour, au Nouveau-Brunswick, dans le cadre du plus grand projet de sa carrière.

Il s'agit d'un film campé dans les années 1970 qui traite de l'histoire de l'Acadie, de la musique rock et, en arrière-plan, de questions d'identité de genre.

Ça fait à peine cinq jours qu'on a fini de filmer pour ce projet-là et je capote ma vie. C'est comme le plus gros projet de ma carrière et ça s'annonce bien. La musique est bonne et les images sont sûrement incroyables, souligne Rémi Belliveau.

Jouer pour des « fantômes »

Le projet inspiré par l'oeuvre Live at Pompeii du groupe Pink Floyd s’intitule Live at Beaubassin. L’artiste voulait le réaliser sur des lieux importants dans son histoire et celle de l’Acadie.

Je me suis inspiré de cette dynamique-là et de la présence de fantômes parce qu’eux ne jouent pour personne et nous aussi on jouait sans public, indique Rémi Belliveau.

Son projet artistique propose un voyage musical dans le temps, une ode au rock progressif et à ses heures de gloire en Acadie avec des compositions de Zachary Richard, de 1755 et de Beausoleil Broussard, entre autres.

On a essayé d'amener des compositions parfois plus folkloriques ou traditionnelles, dans leurs compositions. On a essayé de les amener vers le rock progressif, donc avec plus de edge, de grit, qui est à l'image des sortes de musique que nous on aime beaucoup, affirme Rémi Belliveau.

Les fondations d'un bâtiment de l'ancien fort.

Parcs Canada présente le Lieu historique national du Fort-Beauséjour/Fort-Cumberland comme le théâtre de trois actes de guerre entre la France et la Grande-Bretagne, de la déportation des Acadiens et du déchirement de l'Amérique du Nord britannique.

Photo : Radio-Canada

L’artiste a fait appel à des musiciens chevronnés pour réaliser ce projet musico-cinématographique. J'ai voulu faire ce deuxième volet et je me suis dit que je veux travailler avec mes musiciens préférés qui sont tous pour la plupart de bons amis.

Chanter en jouant du synthétiseur

On découvre un autre côté de Rémi Belliveau dans Live at Beaubassin. En plus de chanter, l'artiste joue du synthétiseur. C’est un rêve qui se concrétise.

Ç’a été vraiment agréable pour moi parce que toute ma vie, je chante dans des groupes, mais pas d'instruments et j'ai [eu énormément de complexes pour] ça. Cette fois-ci, j'ai construit un synthétiseur pour le jouer dans le projet et je me suis pratiqué assez pour non seulement le jouer, mais chanter en même temps. Ç’a été réparateur pour moi, explique Rémi Belliveau.

Live at Beaubassin sera présenté en septembre dans le cadre de l'événement d'art contemporain Momenta à Montréal. Le film aura une durée approximative d'une heure. Il sera entrecoupé de documentaires et de moments partagés par le groupe.

D’après un reportage de Marie Andrée Leblond

La section Commentaires est fermée

Les commentaires sont modérés et publiés du lundi au vendredi entre 6 h et 23 h 30 (heure de l’est).

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre ICI Acadie

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Acadie.