•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les premiers résidents évacués de Chibougamau sont de retour à la maison

Une policière supervise l'arrivée de véhicules.

La présence policière était imposante, lundi matin, à l'arrivée des premiers citoyens évacués de Chibougamau, en raison des feux de forêt.

Photo : Radio-Canada / Annie-Claude Brisson-Hudon

Les premiers résidents évacués de Chibougamau en raison des feux de forêt sont de retour chez eux.

Depuis 8 h, lundi, les quelque 7500 personnes évacuées la semaine dernière peuvent emprunter la route 167 qui relie La Doré à leur municipalité.

Certains d'entre eux attendaient la réouverture de la route à La Doré depuis dimanche soir afin d’éviter de se trouver dans un bouchon de circulation.

Un stationnement a été aménagé à la sortie de la municipalité, où une dizaine d’automobilistes attendaient patiemment le feu vert vers 6 h, lundi.

Mardi dernier, c'était le branle-bas de combat lors de l’évacuation des quelque 7500 habitants de la municipalité, et certains automobilistes ont mis jusqu’à 11 heures pour se rendre au Lac-Saint-Jean. Habituellement, le trajet se fait en deux heures.

Feux de forêt 2023

Consulter le dossier complet

Le ciel était orangé à Senneterre tellement la fumée était épaisse en après-midi le 6 juin.

J’ai hâte d’être rendu chez nous. Je pensais être capable de rentrer plus de bonne heure, mais on attend, a indiqué un automobiliste rencontré sur les lieux tôt lundi matin.

Pendant la première demi-heure suivant la réouverture de la route 167, la circulation se faisait au ralenti. Les déplacements sont rapidement devenus plus fluides.

Les membres de la famille Donovan se tiennent à l'arrière de leur fourgonnette chargée de leur matériel des derniers jours.

Albert et Nicole Donovan ainsi que leur fille reviennent à la maison.

Photo : Radio-Canada / Annie-Claude Brisson-Hudon

Albert et Nicole Donovan et leur fille ont été accueillis par de la famille au Lac-Saint-Jean. Ils étaient heureux de retrouver le confort de leur maison.

Une femme émue qui pleure.

Lyne Boily se remet d’une opération à la hanche. L’évacuation a eu lieu quelques jours après l’intervention.

Photo : Radio-Canada / Annie-Claude Brisson

Le fait que le feu 334 ne soit pas encore maîtrisé ne semble pas inquiéter les Chibougamois. Les pompiers de la SOPFEU, appuyés de sapeurs français, sont à pied d’œuvre pour combattre le brasier qui se trouve toujours à une vingtaine de kilomètres de la municipalité du Nord-du-Québec.

Élan de solidarité

À Chibougamau, enveloppée d'une épaisse couche de fumée, les propriétaires du restaurant Chérie j’ai faim! nourrissent les pompiers et les militaires déployés en renfort.

Les propriétaires ont ouvert leur restaurant le 8 avril et ne s’attendaient pas à devoir fermer boutique seulement deux mois après l’ouverture. Évacués mardi dernier, ils ont proposé à la SOPFEU puis aux Forces armées canadiennes de rouvrir leurs portes pour servir des repas aux équipes en place.

Des gens qui saluent des voitures.

Les gens étaient heureux de se retrouver après une semaine loin de leur ville.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Leur proposition a été acceptée et le couple est rentré mercredi dernier pour rouvrir le restaurant. Depuis, Daniel et Christian travaillent une vingtaine d’heures par jour pour concocter des repas équilibrés et goûteux pour les équipes.

C’est merveilleux ce qu’on vit là à aider, avec ce qui se passe ici. On a quitté mardi passé, ça a été long de traverser le parc […]. On s’est dit : "Comment on peut s’en aller quand on a le plus gros restaurant à Chibougamau?", a raconté Christian lundi matin.

Des gens dans un restaurant.

Le restaurant Chérie j'ai faim!, à Chibougamau, s'est transformé en cafétéria pour les pompiers et les militaires qui combattent le feu de forêt.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Les restaurateurs offrent une formule cafétéria, où les gens peuvent se servir eux-mêmes.

Une femme sur le bord d'une rue.

La mairesse de Chibougamau, Manon Cyr, est sortie temporairement de l'hôtel de ville pour saluer les citoyens.

Photo : Radio-Canada / Annie-Claude Brisson

Il a fallu se revirer vite. Ils se sentent gâtés, c’est le principal. On veut les gâter parce qu’eux, ils nous sauvent, a fait valoir le copropriétaire.

Le couple souhaite que la clientèle de l’endroit vienne également en grand nombre pour manger, mais aussi pour saluer les valeureux pompiers.

Un smog dans l'air.

Une épaisse couche de fumée enveloppe Chibougamau.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

La prudence est de mise, a insisté la mairesse de Chibougamau, Manon Cyr, puisque les feux flambent toujours. Les opérations aériennes seront bien visibles au cours des prochains jours.

Les résidents de Normétal, où un feu sévit toujours à 500 mètres de la municipalité, devront pour leur part patienter avant de pouvoir regagner leur domicile. Les pompiers de la Municipalité sont sur un pied d'alerte et doivent demeurer à la caserne ou à leur résidence en tout temps.

Retour au travail

L’entreprise Chantiers Chibougamau, le plus grand employeur de la région, prévoit reprendre ses activités le plus normalement possible mercredi, vers 8 h. Environ 1 000 salariés ont été contraints de stopper leur travail en raison des feux de forêt et pourront peu à peu retourner en poste.

Même si le transport forestier demeurait à l’arrêt, le directeur général de Chantiers Chibougamau, Frédéric Verreault, a affirmé en entrevue à Radio-Canada qu’il est envisageable pour la société de sciage de maintenir ses activités encore quelques semaines, car ses stocks de matières premières sont suffisants.

Le dirigeant a ajouté que le brouillard est trop grand pour évaluer précisément les pertes financières de l’entreprise, mais qu’elles s'élèveront fort probablement à plusieurs millions de dollars.

Avec les informations de Philippe L'Heureux et de Mélissa Paradis

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre ICI Saguenay-Lac-Saint-Jean

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Saguenay-Lac-Saint-Jean.