•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La lutte contre le feu se poursuit à Normétal

Un avion-citerne passe au-dessus d'une route sur laquelle sont stationnés des camions de pompiers et plusieurs autres véhicules.

Le 7 juin, plusieurs pompiers étaient en direction de Normétal pour aider dans la lutte contre un feu de forêt.

Photo : Radio-Canada / Jean-Marc Belzile

À Saint-Lambert et à Normétal, les pompiers continuent à lutter contre le gros feu de forêt qui brûle depuis plusieurs jours.

En point de presse sur la route 111 nord, au barrage policier qui contrôle l’accès à Normétal et à Saint-Lambert, les autorités locales ont fait le point sur la situation samedi.

L’incendie non maîtrisé a déjà brûlé plus de 8300 hectares de forêt, mais il n’a toujours pas causé de dommages matériels aux résidences ni aux infrastructures municipales.

Les élus municipaux ont d’abord voulu rassurer leurs citoyens. Ils sont plus de 1000 évacués depuis plusieurs jours, une décision qui n’a pas été prise à la légère, ont-ils insisté.

Pour l’instant, tout va très bien, on prend soin de vos maisons. Il y a des grosses équipes qui travaillent pour éloigner le feu le plus possible.

Une citation de Ghislain Desbiens, maire de Normétal
Ghislain Desbiens, maire de Normétal.

Ghislain Desbiens, maire de Normétal

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

Feux de forêt 2023

Consulter le dossier complet

Le ciel était orangé à Senneterre tellement la fumée était épaisse en après-midi le 6 juin.

Sa consœur de Saint-Lambert, Diane Provost, a indiqué à ses citoyens que des équipes bénévoles font des patrouilles afin de s’assurer que personne n’entre sur le territoire et afin de surveiller les maisons.

Lâchez pas, tout le monde! Nous autres, on ne vous lâche pas. On fait des 12, des 16, des 18 heures, on se relaie constamment, on est tout le temps là. Moi, je suis évacuée, je ne dors même pas chez moi, je suis à peu près dans la même situation que tous les citoyens de Saint-Lambert, a-t-elle affirmé.

Le périmètre n’a pas changé

Profitant de conditions météo plus favorables depuis deux jours avec une humidité relative plus élevée, des températures plus basses et moins de vent, l’équipe de 74 pompiers au sol retient le feu aux portes de Normétal et de Saint-Lambert. Ils reçoivent le soutien de quatre hélicoptères.

L’incendie est attaqué sur trois fronts, des tranchées sont creusées avec l’aide de machinerie et l’objectif principal demeure de protéger les communautés, a assuré Bruno Pelletier, qui dirige l’équipe de gestion de feux majeurs du Nouveau-Brunswick.

Ce qu’on fait, c’est qu’on construit une ligne d’arrêt, soit par machinerie lourde ou par boyau d’arrosage. Le périmètre n’a pas grossi, donc c’est toujours à 500 mètres de Normétal. Le feu n’a pas vraiment traversé nos lignes qu’on a construites, que la SOPFEU a construites, a expliqué M. Pelletier.

Une ligne d’arrêt pouvant aller jusqu’à 10 mètres de largeur a été aménagée tout autour de Normétal. Les équipes s'affairent maintenant à faire des travaux similaires près du lac Pajegasque entre Normétal et Val-Paradis.

Un homme derrière un lutrin.

Bruno Pelletier s'adresse aux médias en compagnie de Jaclin Bégin et de Normand Lagrange, de la MRC d'Abitibi-Ouest, du maire Ghislain Desbiens, de Normétal, et de la mairesse Diane Provost, de Saint-Lambert.

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

Il faudra être patient

Martin Racette et sa famille ont été évacués de Val-Paradis de façon préventive dimanche dernier. Ils habitent dans une roulotte dans la famille de sa conjointe.

Ça se tolère, mais on a hâte que ça finisse. On regarde le positif. Les enfants prennent ça pour des vacances, ils s’amusent avec les cousins et les cousines, a-t-il confié.

Tout comme lui, de plus en plus d’évacués ont hâte de rentrer à la maison. Mais il leur faudra encore être patient, selon Normand Lagrange, directeur général de la MRC d'Abitibi-Ouest.

Un homme qui porte une casquette est debout dans une salle.

Martin Racette, évacué de Val-Paradis avec sa famille depuis maintenant une semaine.

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

À court terme, c’est certain qu’on ne peut pas envisager un retour à la maison pour Saint-Lambert et Normétal. Le feu est quand même aux portes de Saint-Lambert et Normétal. Là, il est calme, mais on ne sait pas. La situation actuelle ne nous permet pas, il n’y a rien qui nous permette de faire une évaluation à court terme. Alors, on souhaite que les gens puissent revenir le plus rapidement possible, a-t-il affirmé.

Dans sa mise à jour sur la situation des feux de forêt dans la province, le ministre de la Sécurité publique François Bonnardel a lui aussi invité les gens à être patients. Selon lui, les prochaines 48 heures seront déterminantes.

Lebel-sur-Quévillon en mode protection

À Lebel-sur-Quévillon, les feux continuent là aussi de menacer la ville. Les deux incendies actuellement non maîtrisés couvrent plus de 137 000 hectares. Les feux sont attaqués par des pompiers forestiers et par des combattants pendant qu’on effectue aussi des travaux pour aménager une ligne d’arrêt autour de la ville et pour élargir le contour de protection de l’usine Nordik Kraft.

Photo aérienne d'un feu de forêt.

Deux feux de forêt du secteur de Lebel-sur-Quévillon ont fusionné pour n'en faire qu'un la semaine dernière.

Photo : Radio-Canada

Toutes les municipalités de l’Abitibi-Témiscamingue et du Nord-du-Québec rappellent à leurs citoyens de respecter les interdictions d’aller en forêt.

Des avertissements de smog sont également en vigueur jusqu’à dimanche en raison de la dégradation de la qualité de l’air entraînée par la fumée des incendies.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.