•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Incendies de forêt : Poilievre réclame maintenant un « plan d’action national »

Pierre Poilievre.

Le chef conservateur Pierre Poilievre

Photo : La Presse canadienne / PATRICK DOYLE

La Presse canadienne

Le chef conservateur Pierre Poilievre a annoncé jeudi qu'il réclame un « plan d'action national » pour renforcer la capacité du Canada à faire face aux incendies de forêt, après que certains eurent souligné son choix de ne pas prendre la parole, la veille, sur cet enjeu criant d'actualité.

Nous avons besoin de davantage de ressources [...], davantage d'avions et de pompiers, a dit M. Poilievre en mêlée de presse au foyer de la Chambre des communes.

Il a affirmé du même souffle que les syndicats des pilotes avaient déjà averti les gouvernements de tous niveaux de la nécessité d'avoir davantage de pilotes.

Lui succédant au micro quelques minutes plus tard, le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, a réfuté l'idée d'un plan d'action pancanadien en soulignant que le Québec a déjà un système en place.

On a [...] la SOPFEU, on a des pompiers, on a les gens, on a les institutions. C'est l'argent qu'on n'a pas. Pourquoi? Parce que l'argent des Québécois reste à Ottawa, puis Ottawa utilise l'argent des Québécois pour centraliser, a-t-il tranché.

Feux de forêt 2023

Consulter le dossier complet

Le ciel était orangé à Senneterre tellement la fumée était épaisse en après-midi le 6 juin.

Le ministre de l'Environnement, Steven Guilbeault, a pour sa part affirmé en entrevue avec La Presse canadienne qu'Ottawa a déjà un plan d'action et déploré que M. Poilievre arrive quand même un peu tard dans la parade.

Ça fait longtemps qu'on travaille là-dessus. On a présenté un plan [fédéral] d'adaptation aux changements climatiques en décembre dernier. Le gouvernement a déjà investi plus de six milliards de dollars, a-t-il énuméré tout en ajoutant qu'Ottawa devait en faire plus.

Fin des subventions aux énergies fossiles

Le Bloc québécois a utilisé sa journée d'opposition de jeudi pour forcer la tenue d'un débat parlementaire sur les effets des changements climatiques, comme les incendies de forêt, mais aussi sur la cessation de tout investissement dans les énergies fossiles.

Il est [...] nécessaire non seulement de faire le constat, mais de poser des gestes. Et le geste le plus incohérent qu'on puisse poser comme État est de soutenir la principale cause connue au Canada et parmi les principales causes à l'échelle mondiale du réchauffement climatique, c'est l'exploitation obsessive des hydrocarbures, a insisté M. Blanchet en détaillant la motion mise en avant par son parti.

Les libéraux de Justin Trudeau promettent de réduire les subventions à l'industrie des énergies fossiles jusqu'à les éliminer, promesse qu'ils font depuis la campagne électorale de 2015 qui a permis de les faire élire pour le premier de leurs trois mandats consécutifs.

Une cheminée crache de l'épaisse fumée.

« Je suis entièrement pour notre secteur pétrolier dans l'Ouest canadien. C'est un très bon secteur qui finance nos services sociaux », a dit M. Poilievre.

Photo : Associated Press / Darryl Dyck

Cet engagement, aussi pris par le Canada au G20, n'a pas été concrétisé depuis. Avec leur plateforme de la plus récente campagne électorale, en 2021, les libéraux ont promis que ce sera chose faite d'ici la fin de 2023.

Conséquemment, le gouvernement appuiera absolument la motion bloquiste qui doit être mise aux voix lundi, a dit M. Guilbeault. Le Bloc québécois pourra aussi compter sur l'appui du Nouveau Parti démocratique (NPD), a fait savoir un porte-parole de la formation politique.

On a éliminé l'an passé les subventions internationales aux combustibles fossiles. [Sur le plan national], ça fait partie de notre entente avec le NPD [de le faire d'ici la fin de l'année]. Nous allons respecter cet engagement, a assuré M. Guilbeault.

Il a affirmé que le gouvernement en est à ses derniers milles quant à la pleine réalisation de sa promesse. Tous ne s'entendent pas sur ce qui constitue une subvention à l'industrie pétrolière ou non. Le ministre convient que des contributions fédérales présentées comme une aide à la décarbonation de joueurs pétroliers sont vues comme un financement indirect du secteur qui doit être aboli.

Par exemple, les subventions à la capture et au stockage de carbone, il y en a qui disent [que] c'est une subvention aux combustibles fossiles, a-t-il souligné. C'est en effet l'avis du Bloc québécois, notamment.

Dans la mesure où on aide le secteur de l'aluminium, les cimenteries, l'acier, le secteur forestier à décarboner, d'un point de vue éthique, le gouvernement ne peut pas dire : "Eh bien, vous, on vous aide, mais vous, on ne vous aide pas", s'est défendu M. Guilbeault. Et je comprends que là-dessus tout le monde n'est pas d'accord.

Quoi qu'il en soit, la motion bloquiste est assurée d'être adoptée, peu importe comment voteront les conservateurs.

Je suis entièrement pour notre secteur pétrolier

M. Poilievre a signalé, en matinée, qu'il voulait examiner davantage la proposition bloquiste avant de prendre une décision sur le vote de ses troupes. Il est toutefois très probable que son parti s'y opposera.

Je suis entièrement pour notre secteur pétrolier dans l'Ouest canadien, a mentionné le chef conservateur. C'est un très bon secteur qui finance nos services sociaux.

Il a toutefois précisé qu'en même temps, il n'est pas le type de politicien qui favorise des subventions, toutes industries confondues.

À la période des questions de mercredi, le premier ministre Justin Trudeau a accusé M. Poilievre de refuser de constater que de nombreux incendies de forêt font rage un peu partout au pays. Il a également affirmé que les conservateurs se positionnent en porte-à-faux avec la lutte contre les changements climatiques.

M. Trudeau a formulé ces commentaires pendant que M. Poilievre utilisait tout son temps de parole pour taper sur le clou des politiques instaurées par les libéraux, qu'il juge inflationnistes.

Depuis l'attaque en règle du premier ministre contre le chef de l'opposition officielle, des observateurs de la scène fédérale ont aussi relevé que M. Poilievre n'avait pas abordé les incendies de forêt durant la journée de mercredi, malgré plusieurs moments distincts de prise de parole.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.