•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Heather Stefanson reste muette sur le financement des fouilles de Prairie Green

La première ministre du Manitoba, Heather Stefanson, en conférence de presse, dans la rotonde du Palais législatif du Manitoba, le 16 décembre 2022.

Le gouvernement de Heather Stefanson ne s'est pas prononcé jeudi sur le financement des fouilles du dépotoir Prairie Green, où pourraient se trouver les restes de deux femmes autochtones, victimes présumées d'assassinat. (Photo d'archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La première ministre du Manitoba, Heather Stefanson, a déclaré jeudi que les fouilles du dépotoir Prairie Green, où pourraient se trouver les dépouilles de deux femmes autochtones assassinées, devraient être menées par le gouvernement fédéral et les familles.

Je sais que les familles ont pris contact avec le gouvernement fédéral. Nous leur laissons le soin de décider pour l'instant, a-t-elle dit en mêlée de presse.

Heather Stefanson a affirmé que la province soutenait les familles de Morgan Harris et de Marcedes Myran, sans toutefois s’engager à financer les recherches.

Selon une étude de faisabilité présentée à l’Assemblée des chefs du Manitoba le mois dernier, les fouilles pourraient prendre jusqu'à trois ans et coûter 184 millions de dollars.

Des membres des familles des deux femmes et des dirigeants autochtones s’étaient à ce moment-là prononcés sur l’importance d’aller de l’avant avec les fouilles.

Heather Stefanson a affirmé que certaines des recommandations du rapport nécessitant l'approbation de la province étaient actuellement à l’étude.

L'étude, qui n'a pas été rendue publique, mais dont La Presse canadienne a obtenu copie, met en garde contre les risques liés à l'exposition à des produits chimiques toxiques. Toutefois, elle soutient que le fait de renoncer à une recherche pourrait être plus préjudiciable pour les familles.

Pour sa part, le gouvernement fédéral dit étudier la faisabilité des recherches et reste en contact avec les familles des disparues et les dirigeants autochtones.

Nous fournirons d'autres commentaires lorsque cela sera approprié, après notre examen, affirme le ministre des Relations Couronne-Autochtones, par courriel. Nous devons nous assurer que notre travail est bien fait, dans le respect des cultures et des traumatismes, et en gardant à l'esprit les familles, les survivants et les communautés.

M. Miller a été en contact avec les familles et l'Assemblée des chefs du Manitoba, l'organisation qui a mené l'étude, mais son bureau n'a pas voulu divulguer les détails de ces conversations.

Le cabinet du ministre précise que si le financement est approuvé, il n'est pas nécessaire qu'il le soit pendant que les députés siègent à la Chambre des communes.

Ottawa étudie également une proposition concernant les fouilles de la décharge du chemin Brady à Winnipeg.

Des familles ont demandé que cette décharge soit fouillée après que la police de Winnipeg a découvert l'année dernière les restes partiels de Rebecca Contois.

Un tueur en série présumé a été inculpé de meurtre au premier degré pour la mort de Rebecca Contois, Morgan Harris, Marcedes Myran et d'une femme non identifiée que les dirigeants autochtones ont appelée Mashkode Bizhiki'ikwe, ou Buffalo Woman. La police n'a pas non plus retrouvé ses restes.

Le maire Scott Gillingham a pris connaissance de certaines parties de l'étude. Il affirme que la Ville soutient la communauté, mais renvoie au gouvernement fédéral lorsqu'on lui demande si elle apporterait de l'aide ou fournirait des ressources pour la fouille de la décharge privée de Prairie Green.

En ce qui concerne l'éventuelle fouille de la décharge du chemin Brady, M. Gillingham mentionne que la Ville ne dispose pas des fonds nécessaires pour effectuer une telle fouille.

Les estimations de coûts sont franchement bien supérieures à ce que la Ville de Winnipeg serait en mesure de financer, indique M. Gillingham

L'Assemblée des chefs du Manitoba n'avait pas répondu à la demande de commentaire au moment de publier.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.