•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dans un contexte d’incertitude, le N.-B. réduit sa délégation aux Jeux de la Francophonie

La délégation du Canada marche sur la piste d'un stade. Une foule occupe tous les gradins.

Les Jeux de la Francophonie sont considérés comme le plus grand événement sportif et culturel du monde francophone. (Photo d'archives)

Photo : Associated Press / Hussein Malla

Radio-Canada

Moins d’athlètes et d’artistes que d'habitude représenteront le Nouveau-Brunswick aux Jeux de la Francophonie de Kinshasa, en République démocratique du Congo, et l’incertitude persiste quant à leur participation.

Je vis très bien avec l'incertitude présentement. C'est sûr que je serais déçu de ne pas aller aux Jeux de la Francophonie, affirme l’artiste Guillaume Desrosiers Lépine, qui doit représenter la province en arts visuels (peinture).

Il fait partie de la délégation qui comprend en ce moment seulement six athlètes en lutte, deux entraîneurs et deux artistes, et de trois à quatre accompagnateurs.

Les visas devaient être envoyés au début de juin. Donc, on est encore dans les temps. Les billets d'avion devaient aussi être achetés au début de juin. On attend des réunions importantes avant l'achat des billets, explique Guillaume Desrosiers Lépine.

Il ajoute que la possibilité que la participation du Nouveau-Brunswick soit compromise fait l’objet de discussions depuis le mois de février. Les intervenants, selon lui, ont déjà discuté de possibles solutions de rechange, comme de faire un projet dans une ambassade.

Les préoccupations du Nouveau-Brunswick

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick a annoncé mercredi une réduction considérable du nombre de ses inscriptions aux Jeux de la Francophonie. Sa délégation habituelle, qui peut compter une quarantaine de membres, est réduite à une douzaine en raison de préoccupations en matière de santé, de sécurité et de logistique.

La chose la plus importante pour nous, c'est la sécurité de nos athlètes et nos artistes, souligne le ministre responsable de la Francophonie, Glen Savoie.

Le ministre ne peut même pas garantir la participation de la province. Il doit prendre connaissance des recommandations de l'équipe de fonctionnaires qui s'est rendue à Kinshasa au mois de mai pour constater l'état des lieux. Il ajoute qu'une décision sera prise prochainement.

On doit continuer à parler avec nos partenaires comme le Canada et le Québec. Avec des conversations comme ça, on va arriver à une décision, dit-il.

Glen Savoie.

Ministre des Gouvernements locaux et de la Réforme de la gouvernance locale.

Photo : Radio-Canada

Lundi, le gouvernement provincial a exprimé son inquiétude quant à l’éloignement du site d’hébergement des sites des compétitions. Fredericton s’inquiète aussi pour les infrastructures sportives qui sont toujours en construction et pour l’équipement qui n’est toujours pas livré.

Une expérience proche de celle des Olympiques

Gabriel LeBlanc, qui a participé aux Jeux de la Francophonie au Niger en 2005 et à Abidjan en 2017 comme entraîneur en athlétisme, souligne l’importance de cet événement.

Les Jeux de la Francophonie, comme les Jeux du Commonwealth, sont les étapes juste avant les Jeux olympiques. C'est une compétition internationale avec des normes très élevées. On voit plusieurs de nos athlètes, c'est leur première expérience à une compétition internationale. Souvent, c'est aussi leurs derniers jeux. C'est le niveau le plus élevé où ils vont se rendre, explique Gabriel LeBlanc.

Gabriel LeBlanc interviewé à l'extérieur.

Les Jeux de la Francophonie constituent une expérience exceptionnelle pour les athlètes néo-brunswickois, explique l'entraîneur Gabriel LeBlanc.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

Les Jeux de la Francophonie se distinguent avec leur volet culturel. Il s’agit du seul événement sportif et culturel international de langue française consacré à la jeunesse. Gabriel Robichaud y a remporté en 2017 la médaille d'argent en littérature.

Pour moi, c'est majeur. J'ai été porte-drapeau. C'est le plus proche que j'ai été d'une expérience olympique que je n'aurais jamais vécue [...] On déambulait devant 25 000 personnes. C'était extraordinaire [...] Ç’a aussi été une rencontre avec 25 ou 26 auteurs d’à travers le monde, [dont] Mohamed Mbougar Sarr, médaillé de bronze et prochain prix Goncourt, relate Gabriel Robichaud.

Gabriel Robichaud interviewé à l'extérieur.

Gabriel Robichaud a remporté la médaille d'argent en littérature aux Jeux de la Francophonie de 2017. Il explique que c'était une expérience inoubliable.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

Les deux anciens participants estiment cependant que la sécurité doit primer.

Affaires mondiales Canada déconseille tout voyage non essentiel en République démocratique du Congo en raison de la situation en matière de sécurité qui peut se dégrader soudainement.

Les IXes Jeux de la Francophonie sont prévus du 28 juillet au 6 août. L’événement accueille habituellement jusqu'à 3000 jeunes dans le cadre des compétitions.

D’après un reportage de Nicolas Steinbach

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

En cours de chargement...

Infolettre ICI Acadie

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Acadie.