•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accès aux emplois d’été : une étudiante de 34 ans affirme être victime de discrimination

Janette Harrison.

Janette Harrison a postulé à des emplois qui correspondent à sa formation, mais elle envisage également de postuler pour des postes de journalières en construction.

Photo : Radio-Canada / Kirk Fraser

Radio-Canada

En Saskatchewan, une étudiante en santé mentale et e bien-être affirme qu'elle fait face à de la discrimination alors qu'elle tente de trouver un emploi d’été. Plusieurs employeurs potentiels lui ont refusé un emploi saisonnier, à cause de son âge, 34 ans.

Mère d’un petit garçon de 2 ans, Janette Harrison affirme être retournée aux études pour améliorer ses conditions de vie. Toutefois, après sa première année au Saskatchewan Indian Institute of Technologies, il lui est impossible de trouver un emploi d'été.

Quelques employeurs intéressés l'ont pourtant rappelée, dit-elle, mais ils ont finalement dû embaucher quelqu'un d'autre.

Ils m'ont dit que c'était parce qu'ils étaient financés par le gouvernement fédéral et qu'ils avaient imposé une limite d'âge

Une citation de Janette Harrison, étudiante âgée de 34 ans

J'ai été vraiment choquée, s’indigne Janette Harrison.

Les postes financés par la subvention salariale d'Emplois d'été Canada (EEC) ne sont accessibles qu'aux personnes âgées de 15 à 30 ans.

Ce programme fournit des fonds aux organismes sans but lucratif et aux employeurs des secteurs public et privé de 50 employés ou moins travaillant à temps plein, afin qu'ils créent des perspectives d'emploi d'été de qualité pour les jeunes dans cette tranche d'âge.

Des nuits blanches

Janette Harrison explique qu'elle a postulé à des emplois correspondant à sa formation, soit dans le secteur de administration et de l'organisation de activités de loisirs pour les enfants pendant l'été, mais sans succès.

Elle tente maintenant de trouver un poste comme journalière dans la construction.

Celle qui a la responsabilité parentale partagée de son fils de 2 ans avait même prévu le budget dont elle aurait besoin durant ses études postsecondaires.

Je suis anxieuse. Je dois garder un toit au-dessus de nos têtes, mettre de la nourriture dans le réfrigérateur. La garderie est très importante pour que je puisse faire des choses tout au long de la journée, raconte-t-elle.

Janette Harrison ajoute que plusieurs de ses camarades de classe se trouvent dans la même situation qu’elle. Ces derniers ont aussi postulé pour des emplois, mais constatent que leur âge les disqualifiait.

Selon la porte-parole du ministère de l’Emploi et du Développement social (EDSC), Saskia Rodenburg, les étudiants de niveau postsecondaire de tous âges peuvent acquérir une expérience de travail rémunérée et pertinente dans leur domaine à travers le Programme de stages pratiques pour étudiants.

Dans le cadre de ce programme, l'EDSC collabore avec des groupes d’employeurs partenaires, qui sont des associations et des organisations reconnues et qui représentent les intérêts des employeurs dans différentes industries.

Saskia Rodenburg affirme que la tranche d'âge de 15 à 30 ans a été choisie, car 15 ans est l'âge minimum requis pour avoir un emploi dans la plupart des provinces et territoires du Canada. Elle ajoute que cet écart rend les emplois accessibles à un plus grand nombre de personnes.

Avec les informations de Nicholas Frew

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.