•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pensionnats pour Autochtones : le ministre de la Justice s’excuse d’avoir nommé Jim McCrae

Le ministre de la Justice du Manitoba, Kelvin Goertzen, répond aux questions des journalistes.

Kelvin Goertzen estime qu'une « lacune » est en cause pour la nomination de Jim McCrae au sein d'un conseil d'administration provincial.

Photo : Radio-Canada / Travis Golby

Radio-Canada

Le ministre de la Justice du Manitoba, Kelvin Goertzen, s'est excusé d'avoir nommé Jim McCrae au Comité de nomination des maîtres du Manitoba. Cette nomination a suscité l’indignation de dirigeants autochtones et d’autres membres de l’Assemblée législative plus tôt, ce mois-ci.

Jim McCrae, qui est un ancien député progressiste-conservateur et ancien ministre de la Justice, est le coauteur de plusieurs articles qui minimisent les dommages causés au sein des pensionnats pour Autochtones.

Ses opinions jugées inappropriées ont été critiquées la semaine dernière par le chef libéral, Dougald Lamont, et par l'ancien juge, sénateur et président de la Commission de vérité et réconciliation du Canada, Murray Sinclair.

Kelvin Goertzen a affirmé qu’il n'était pas au courant des opinions de Jim McCrae. Il arrive souvent que les gens écrivent des choses qui passent inaperçues. Je présente toutes mes excuses, a-t-il ajouté.

Il a aussi admis que le processus de vérification des candidats était lacunaire. Selon le processus normal, les candidats sont examinés en fonction de leurs qualifications et de leur pertinence pour le poste.

Toutefois, la candidature de Jim McCrae n’a pas été soumise à nouveau au processus habituel de sélection après qu’il eut terminé un mandat de six ans à la Commission d’appel des services sociaux de la province.

Il y a une lacune dans le processus de vérification. Je pense que les personnes qui siègent depuis longtemps au sein des conseils devraient à nouveau passer par des examens approfondis.

Une citation de Kelvin Goertzen, ministre de la Justice du Manitoba

Le mandat de trois ans de Jim McCrae au sein du Comité de nomination des maîtres prenait effet le 10 mai, mais il a remis sa démission après avoir fait face à de vives critiques.

À l’Assemblée législative lundi, le député néo-démocrate Eric Redhead a déclaré qu’il était difficile de croire qu’aucun membre du caucus progressiste-conservateur ne connaissait les opinions de Jim McCrae avant sa nomination.

Après la période de questions, Eric Redhead a accepté les excuses de Kelvin Goertzen, mais a dit qu'il devait aussi des excuses aux dirigeants et aux communautés autochtones.

J'espère que ces problèmes ne se reproduiront plus et qu'il en a tiré des leçons. Les excuses sont une chose, l'action en est une autre.

Une citation de Eric Redhead, député néo-démocrate

Opinions controversées

En mars 2022, Jim McCrae a cosigné un article dans le Dorchester Review, qui suggérait que le Centre national pour la vérité et la réconciliation promeut une version plus sombre de l'histoire canadienne de ce que suggèrent les faits.

Jim McCrae.

En mars 2022, Jim McCrae affirme dans le Dorchester Review que le Centre national pour la vérité et la réconciliation exagérerait le nombre de personnes mortes dans les pensionnats. (Photo d'archives)

Photo : Radio-Canada

En décembre de la même année, il a indiqué, dans un article du Western Standard, que les preuves sur les pensionnats ne soutiennent pas le récit globalement horrible qui est mis de l’avant dans le monde depuis plusieurs années.

Dans une autre publication du Western Standard, en mars 2023, il a remis en question la véracité des histoires racontées sur les pensionnats pour Autochtones.

Dans un courriel adressé à CBC/Radio-Canada jeudi, Jim McCrae s'est dit surpris des inquiétudes que sa nomination a suscitées.

Il estime que les six années passées à la présidence de la Commission d'appel des services sociaux faisaient de lui une personne qualifiée pour siéger au Comité de nomination des maîtres.

Jim McCrae affirme cependant que la meilleure chose à faire dans ces circonstances était de remettre sa démission.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.