•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À 100 ans, un vétéran de la Seconde Guerre mondiale craint que l’histoire ne se répète

un vétéran de la seconde guerre mondiale à côté d'un cadre de médailles

Le Torontois Edward Zimny, un ancien combattant de la Seconde Guerre mondiale, a célébré son 100e anniversaire samedi.

Photo : Radio-Canada / Ken Townsend

  • Marwa Siam-Abdou

Le Torontois Edward Zimny, un ancien combattant décoré de la Seconde Guerre mondiale, a célébré son 100e anniversaire samedi. Ce vétéran originaire de Lviv, une ancienne ville polonaise devenue ukrainienne, ressent de l’inquiétude en raison du conflit armé qui fait actuellement rage entre l’Ukraine et la Russie. Il y voit des signes selon lesquels l’histoire se répète.

Il a eu une vie dure. Il a vécu dans des camps de travail, il a fini ses études pendant la guerre et il a seulement pu trouver la liberté au Canada, raconte son neveu, Michel Nahas.

En 1939, le pacte germano-soviétique entraîne l'annexion de la Pologne, attribuant l’ouest du pays à l'Allemagne et l'est à l’URSS.

La famille d’Edward est alors envoyée au Kazakhstan en 1940.

Trois femmes, la famille d'Edward Zimny, un ancien combattant de la Seconde Guerre mondiale.

La famille d'Edward Zimny célèbre le 100e anniversaire et le parcours de ce vétéran de la Seconde Guerre mondiale.

Photo : Radio-Canada

Ils ont été chanceux. Ma famille était assez nantie et a eu le temps de se préparer pour ce départ. Plusieurs familles ont été déportées sans préavis, explique Elizabeth Trojanowski, la fille d’Edward.

Le voyage de plusieurs semaines a transporté Edward et sa famille dans un monde et une vie très différents.

Ils sont passés d’une vie confortable à Lviv à des cabanes dans un petit village kazakh.

Une citation de Alice Schmidt, la petite fille d'Edward Zimny

Combattant de la Seconde Guerre mondiale

Au début des années 1940, Edward et sa sœur s'engagent dans l'armée et rejoignent le 2e corps polonais formé par le général Wladyslaw Anders.

Edward se joint ensuite à l'unité des transmissions du corps militaire et participe à la bataille de Monte Cassino, en Italie.

Une photo noir et blanc d'un adolescent.

La famille d’Edward a été déportée au Kazakhstan en 1940.

Photo : Radio-Canada

Pour moi, c'était tout simplement le grand-père qui soutenait ma mère et qui l’aidait dans ses tâches quotidiennes, mais après avoir appris son histoire, j'ai encore plus de respect pour lui, souligne sa petite fille, Alice Schmidt.

À 100 ans : inquiétude et désespoir

Aujourd’hui, Edward est père de deux enfants, grand-père de trois petits-enfants et arrière-grand-père de quatre arrière-petits-enfants. Il suit de près la situation en Ukraine et en éprouve beaucoup de désespoir.

Il compare la situation des Ukrainiens d'aujourd’hui et constate qu’elle ressemble beaucoup à la déportation des Polonais dans les années 1940.

Après une trajectoire bouleversante, une vie remplie de hauts et de bas et près de 30 ans passés au Canada, Edward demeure affecté par le conflit dans son ancienne région natale.

Nous sommes revenus à la case départ, explique Mme Trojanowski. Mon père est en colère. Nous croyions que nous allions être la génération qui allait vivre sans guerre, mais 60 ans plus tard, nous voilà dans la même situation.

  • Marwa Siam-Abdou

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre ICI Ontario

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Ontario.