•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une femme autochtone agressée aurait été arrêtée par la GRC au lieu d’être hospitalisée

Une ambulance circule dans une rue du centre-ville de Vancouver, le mercredi 4 janvier 2023.

Une enquête du coroner sur la mort d'une femme autochtone victime d'une agression examine les raisons pour lesquelles elle n'a pas été emmenée à l'hôpital lorsqu'elle a été arrêtée.

Photo : CBC/Ben Nelms / Ben Nelms

Radio-Canada

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) de la Colombie-Britannique a arrêté une femme autochtone victime d’une agression et l'a amenée au poste de police au lieu de la conduire à l'hôpital, en octobre 2017, selon des détails révélés par une enquête du coroner, à Quesnel, dans le centre de la province.

Nadine Solonas, qui était la mère de cinq enfants, est morte après avoir été transportée par avion dans un hôpital à Vancouver.

AVERTISSEMENT : Cette histoire contient des détails qui pourraient choquer certaines personnes.

Lors de l’enquête qui s’est amorcée mardi, des agents de la GRC ont témoigné qu'ils pensaient que Nadine Solonas était en état d'ébriété et qu'ils ignoraient qu'elle avait subi un traumatisme crânien.

Les agents de la GRC qui ont répondu à l'appel d'urgence ont affirmé ne pas avoir eu d’autre choix que d’arrêter la mère de famille pour violation d'une ordonnance d’interdiction qui l'obligeait à rester à l'écart de son petit ami, Richard Gregorig. Selon des informations de l’enquête, en 2017, Nadine Solonas vivait avec lui dans un motel à Quesnel.

Le jour de son 40e anniversaire, la femme autochtone a été attaquée par une autre personne séjournant au motel, et son petit ami a appelé les services d’urgence pour obtenir de l’aide, parce que Nadine Solonas avait été frappée à la tête, a-t-il déclaré.

Selon des témoins, le visage de la femme était enflé et couvert d'ecchymoses, et elle s’exprimait avec difficulté.

40 minutes avant de se rendre à l’hôpital

Les agents de la GRC ont amené Nadine Solonas, menottée, au détachement de Quesnel, où ils prévoyaient la faire examiner par des ambulanciers paramédicaux.

Une vidéo diffusée lors de l'enquête a cependant montré qu’elle y a passé 40 minutes avant que des ambulanciers ne l'emmènent à l'hôpital. Pendant cette attente, la femme, assise sur un banc et menottée, a chancelé puis s’est affaissée, alors que des agents étaient à proximité et que des ambulanciers arrivaient.

Elle a ensuite été emmenée à l'hôpital G.R. Baker Memorial de Quesnel, puis transportée par avion dans un hôpital de Vancouver.

Selon les agents, Nadine Solonas a d'abord refusé l'aide médicale, et la GRC ne peut forcer quelqu'un à se rendre à l'hôpital contre son gré.

Une mort qui ne peut être expliquée de manière satisfaisante

En 2020, une femme a été condamnée pour avoir agressé Nadine Solonas au motel où elle se trouvait.

Au moment de la condamnation, la juge de la Cour suprême de Colombie-Britannique Heather MacNaughton a déclaré que Nadine Solonas s'ajoute au nombre de femmes et de filles autochtones dont la mort ne peut être expliquée de manière satisfaisante par notre société et notre système judiciaire.

Une enquête menée en 2017 par le Bureau des enquêtes indépendantes de la Colombie-Britannique (IIO), l'organisme de surveillance de la police dans la province, a conclu qu'il n'y avait pas de lien entre la mort de la femme autochtone et les actions ou inactions de la police.

L'enquête du coroner a pour but de déterminer les faits liés à un décès, de formuler des recommandations afin d'éviter des décès dans des circonstances similaires et de garantir au public que les circonstances entourant la mort d'une personne ne seront pas négligées, dissimulées ou ignorées.

Elle doit se poursuivre jusqu'au 2 juin.

D'après les informations de Betsy Trumpener

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.