•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lytton tient un rassemblement sur la reconstruction du village

Des résidents de Lytton.

Les résidents se sont rassemblés afin de discuter de la reconstruction de Lytton.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Près de deux ans après les feux destructeurs qui ont ravagé le village, Lytton a proposé, vendredi et samedi, une rencontre organisée par le conseil municipal au sujet de sa reconstruction, qui avance à pas de tortue.

Plusieurs anciens résidents qui ont perdu leur maison dans les flammes en 2021 et qui habitent maintenant ailleurs se sont rassemblés dans le gymnase de l’École Kumsheen ShchEma-meet, l’un des rares immeubles de Lytton encore debout.

Malgré les défis passés et à venir, la mairesse de Lytton, Denise O’Connor, explique que l'ambiance était aux retrouvailles. Des gens sont venus en voiture d'Ashcroft, de Lillooet [et] de Langley. C'est là qu'ils vivent maintenant, puisqu'ils ne peuvent pas vivre ici, indique-t-elle.

C’est aussi le moment de nous rassembler et de voir les amis et les voisins que nous n'avons pas vus puisque tout le monde s’est installé ailleurs.

Une citation de Denise O’Connor, mairesse de Lytton
Denise O’Connor.

La mairesse Denise O’Connor indique que peu d'événements ont rassemblé la communauté de Lytton au cours des deux dernières années. « Le sentiment de communauté a disparu, sauf lorsque nous sommes ensemble », estime-t-elle.

Photo : Radio-Canada

Des critères à revoir, selon la mairesse

Il y a un an, le gouvernement fédéral annonçait un investissement de plus de 77 millions de dollars pour appuyer la reconstruction de Lytton.

De ce montant, 64 millions de dollars visent la construction de bâtiments publics, 7,2 millions de dollars sont octroyés aux petites et moyennes entreprises pour les aider à reprendre leurs activités et 6 millions de dollars sont destinés aux propriétaires assurés qui veulent rebâtir conformément aux normes de résidences carboneutres et résistantes au feu.

Les conditions pour la reconstruction résidentielle semblent refroidir plusieurs résidents. Pour avoir accès aux subventions, comme l'explique Denise O’Connor, ils doivent avancer l'argent nécessaire, puis être indemnisés une fois la construction achevée.

Beaucoup de gens sont âgés, beaucoup de gens n'ont pas de gros revenus et ils n'ont pas d'argent de côté à débourser. Il y a donc une certaine frustration, déclare-t-elle.

Ce message sera transmis au gouvernement fédéral et j'espère qu'il pourra réexaminer le programme.

Une citation de Denise O’Connor, mairesse de Lytton

Lytton ne souhaite pas devenir une référence

La mairesse précise que certains habitants ont appris, durant le rassemblement, que l'intention du programme fédéral est de diriger les sommes vers la reconstruction de propriétés carboneutres et plus résistantes au feu.

Juste après l'incendie, le premier ministre [provincial] de l’époque, John Horgan, et d'autres politiciens nous ont dit que Lytton allait devenir une communauté de référence pour le monde entier, se rappelle Denise O’Connor.

Elle estime que les habitants du village ne veulent pas de ce message. Ce qu'ils veulent, c'est vivre dans des maisons sécuritaires. C'est merveilleux, mais nous ne voulons pas que [l’idée que le village devienne une référence] soit l'objectif principal de notre reconstruction.

Des tables de représentants dans le gymnase durant le rassemblement.

En plus des résidents, des fournisseurs de services et de matériaux de construction ont aussi fait le trajet vers le village dévasté par les flammes en juin 2021.

Photo : Radio-Canada / Chloé Dioré de Périgny

Une reconstruction lente

À l’approche du second anniversaire des incendies ravageurs, Denise O’Connor indique que la reconstruction n'a pas encore commencé. Le village étudie actuellement un certain nombre de solutions pour accélérer les choses. Nous prenons une pause en ce moment pour réévaluer la situation, précise la mairesse.

Elle explique qu’il ne s’agit pas d’une question d'argent. Il y a beaucoup d'argent de la province pour nous soutenir ici, mais nous sommes en train de mettre de l'ordre dans nos affaires, indique-t-elle.

Lors des deux journées de rencontre, des conférences et des ateliers ont, entre autres, couvert les sujets des permis de construire, des risques et des impacts du changement climatique sur les infrastructures et de la résilience énergétique.

Avec les informations de Chloé Dioré de Périgny

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre ICI Colombie-Britanique

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Colombie-Britanique.