•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La première école francophone publique d’Edmonton a 25 ans

L'enseigne de l'école avec le devise.

L'École Gabrielle Roy a été créée en 1998.

Photo : Radio-Canada / Isaiah Rust

Radio-Canada

La première école publique francophone d'Edmonton, l'École Gabrielle-Roy, célèbre 25 ans d'histoire.

Éric Cloutier, un enseignant en 6e année, affirme que le nombre d'élèves à l'École Gabrielle-Roy ne cesse d'augmenter. La communauté francophone grandit toujours, depuis que je suis ici on a toujours plus d'élèves à notre école qu'on en avait l'année précédente, souligne-t-il.

Ayant presque atteint sa capacité d'accueil, l'école primaire avait été scindée, en 2016, pour créer l'École Michaëlle-Jean afin d'accueillir les jeunes de la 7e à la 12e année.

L'École Gabrielle-Roy compte maintenant plus de 300 élèves et sa sœur, l'École Michaëlle-Jean, accueille plus de 200 élèves.

Ce qui nous rassemble c'est qu'on parle français. [Certains] ont des religions différentes, [certains] n'en ont pas. [D'autres] ont une culture différente, mais au départ on parle tous français et c'est ça qu'on partage et c'est ça qu'on vit tous ensembles.

Une citation de Éric Cloutier, enseignant à l'École Gabrielle-Roy

Reconnaître la présence francophone

Si le coeur est à la célébration, l'école a tout de même rencontré de nombreux défis en 25 ans.

Jean-Daniel Tremblay a travaillé à l'École Gabrielle-Roy pendant une quinzaine d'années, dont certaines à titre de directeur. Le premier défi, ça a été pour les parents de la première heure de convaincre le Conseil scolaire qu'il y avait de la place pour une éducation publique francophone à Edmonton, explique-t-il. Ça a été le plus gros défi.

Selon lui, l'effort a valu la peine. J'ai engagé des anciens des élèves lorsque j'étais à la direction, alors ça fait chaud au cœur [...] et c'est réconfortant. Ça veut dire que ce qu'on fait est important et que ça fonctionne bien parce que ces jeunes-là viennent se réinvestir dans notre commission scolaire, dans nos écoles, dit-il.

Pourtant, Jean-Daniel Tremblay affirme que le combat n'est pas terminé. C'est une bataille qu'on continue. On continue comme francophone, comme parent, comme enseignant, comme direction d'école et comme conseiller scolaire [...] ce n'est jamais fini, ajoute-t-il.

On a le droit à l'éducation francophone. On a le droit à l'éducation francophone, catholique et publique, et il faut s'impliquer pour s'assurer qu'on va arriver à avoir un jour des édifices équivalents, puisque nos nombres vont continuer à grandir.

Une citation de Jean-Daniel Tremblay, ancien directeur de l'école Gabrielle-Roy

Cette année, le gouvernement provincial a annoncé le financement de deux nouveaux bâtiments, un pour l'école Gabrielle-Roy et l'autre pour sa soeur, l'école Michaëlle-Jean, mais aucun échéancier n'est fixé pour leur construction.

La section Commentaires est fermée

Les commentaires sont modérés et publiés du lundi au vendredi entre 6 h et 23 h 30 (heure de l’est).

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Alberta

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Alberta.