•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les enseignants du N.-B. s’engagent à ne pas perturber la fin de l’année scolaire

Manifestation à Edmundston.

Des enseignants manifestent pour faire pression sur le gouvernement provincial.

Photo : Radio-Canada / Mathilde Pineault

Les enseignants du Nouveau-Brunswick s’engagent à ne pas perturber la fin de la présente année scolaire. Ils ouvrent la porte à un processus de conciliation, qui se déroulera du 3 au 5 juin, mais ils amorceront un décompte de 100 jours à compter du 20 mai afin de tenir un vote de grève s’il n’y a eu pas d’entente d’une nouvelle convention collective, d’ici là, avec le gouvernement Higgs.

La Fédération des enseignants du Nouveau-Brunswick (FENB) a établi sa position de négociation, jeudi, en conférence de presse à Fredericton.

Le directeur général de la FENB et négociateur en chef Kerry Loepkey a indiqué que deux blocs de conciliation sont prévus, le premier du 3 au 5 juin et le deuxième, si nécessaire, les 17 et 18 juin.

Il espère que ces rencontres permettront d’en venir à une entente négociée de bonne foi avant la fin de la présente année scolaire.

Kerry Leopkey, directeur général de la Fédération des enseignants du N.-B. et négociateur en chef, souhaite en venir à une entente de bonne foi avec le gouvernement Higgs.

Kerry Leopkey, directeur général de la Fédération des enseignants du N.-B. et négociateur en chef, souhaite en venir à une entente de bonne foi avec le gouvernement Higgs.

Photo : Radio-Canada

Nous demeurons optimistes et la conciliation est une bonne étape. C’est extrêmement important qu’on en arrive à une entente avant la fin de cette année scolaire. Sinon, on se prépare à toute éventualité, a-t-il observé.

Vers la rentrée scolaire

La fédération envisage de perturber la rentrée scolaire 2023-2024 si les deux parties n’en viennent pas à une entente négociée dans le processus de conciliation. L’organisation entend informer les parents des élèves de l’évolution de la situation.

L’ultimatum de 100 jours mène au lundi 28 août, date de rentrée des enseignants.

D’ici là, les membres de la Fédération des enseignants du N.-B. s’engagent à ne pas perturber l’année scolaire qui se termine, ni pendant les heures de classe ni pendant les activités parascolaires.

Ils feront aussi une trêve de leur campagne basée sur l’image du pressage d’un citron jusqu’à la fin des processus de conciliation, a annoncé Nathalie Brideau, coprésidente de la FENB.

Manifestation à Edmundston.

Depuis le 11 avril, des enseignants manifestent pour faire pression sur le gouvernement provincial. (Photo d'archives)

Photo : Radio-Canada / Mathilde Pineault

Cette campagne lancée en avril a permis de rassembler quelque 15 000 personnes dans divers rallyes au cours des cinq dernières semaines, selon la fédération.

Mme Brideau a lancé la balle au ministre de l’Éducation et du Développement de la petite enfance, Bill Hogan, et au gouvernement Higgs.

La rentrée scolaire 2023 est entre vos mains et entre celles du gouvernement.

Une citation de Nathalie Brideau, coprésidente de la FENB

Le regroupement, qui compte près de 9000 membres dans la province, continue d’exprimer ses préoccupations quant aux réalités qui minent, selon lui, les conditions de travail et d’apprentissage des élèves.

Appui chez les verts

Le député vert et critique en éducation, Kevin Arseneau, a tenu à appuyer les enseignants dans leurs revendications.

Le citron est pressé depuis fort longtemps, a-t-il convenu.

Il ajoute qu’il est de la responsabilité du ministre Hogan et du gouvernement Higgs d’en venir à une entente qui satisfera les enseignants.

Le ministre a la responsabilité d’agir et il ne le fait pas. Il ne travaille pas pour le bon monde et il manque à ses responsabilités. Si la grève arrive, ce sera entièrement de la faute du gouvernement, prétend le député vert.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Acadie

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Acadie.