•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

École francophone de Dawson : des parents poursuivent le gouvernement du Yukon

Des pupitres dans une classe d'école vide.

Une nouvelle école francophone devait ouvrir ses portes à l'automne 2022 pour accueillir les élèves francophones de la région de Dawson.

Photo : iStock

Des parents de Dawson intentent une poursuite contre le gouvernement du Yukon, arguant que le ministère de l’Éducation manque à ses obligations en ne statuant pas sur l’ouverture d’une école de langue française pour les enfants d’ayants droit de la région.

Au printemps dernier, la Commission scolaire francophone du Yukon (CSFY) avait annoncé la mise sur pied d’un tout nouveau programme d’éducation en français à Dawson pour septembre 2022.

À l’époque, la CSFY avait affirmé qu'elle avait reçu une réponse positive du gouvernement et la promesse d’un soutien financier pour l’établissement de cette nouvelle école. La déclaration déposée à la Cour suprême du Yukon indique toutefois que le gouvernement a cessé toute collaboration à compter du mois de mai.

L’école n’a finalement pas pu voir le jour en septembre, et les demandeurs réclament l’approbation et le financement d’une école francophone à Dawson, et ce, dès la rentrée scolaire 2023-2024.

La façade extérieure du palais de justice.

Les documents de la poursuite ont été déposés devant la Cour suprême du Yukon.

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

À l’heure actuelle, les familles francophones désirant que leurs enfants soient instruits dans leur langue maternelle à l’extérieur de Whitehorse n’ont d’autre choix que de faire l’école à la maison, à l’aide du programme de l’École Nomade, chapeauté par la CSFY.

Les parents arguent que l’article 23 de la Charte canadienne des droits et libertés, qui porte sur le droit à l’éducation dans la langue maternelle pour les enfants des ayants droit, n’est pas respecté, ce qui a une incidence sur la vie des familles touchées et sur la préservation de la langue française.

Autant le ministère de la Justice que la CSFY ont décliné les demandes de commentaires et d’entrevue de Radio-Canada, puisque le dossier est maintenant devant la cour.

Deux familles au cœur de la poursuite

Deux familles de Dawson sont à l'origine de cette poursuite. Dans l’une, il y a deux jeunes enfants, dont le plus grand sera en âge de fréquenter la maternelle 4 ans en septembre. Dans la déposition déposée en cour, les parents déplorent être témoin de l’assimilation de ses enfants.

Les enfants du demandeur répondent de plus en plus au demandeur et à sa conjointe en anglais, bien que la langue utilisée au domicile soit le français, indique la déclaration, ajoutant que les enfants se parlent également entre eux en anglais.

Les atermoiements du défendeur par rapport à la Demande d’ouverture d’une école conduisent à l’assimilation progressive des enfants du défendeur, et de ceux de tous les ayants droit de Dawson, peut-on lire dans les documents de la poursuite.

Les enfants de la deuxième famille qui forme cette poursuite font l’école à la maison, une éducation qui devient de plus en plus exigeante et empêche la demanderesse d’avoir un emploi et des occupations autres que familiales.

Les parents préféreraient envoyer les enfants à l’école afin que ceux-ci s’épanouissent et créent des liens sociaux dans une communauté francophone à Dawson.

Dans son Rapport de faisabilité pour l’établissement de services scolaires de langue française dans la région de Dawson City , déposé en février 2022, la Commission scolaire du Yukon prévoyait près d’une quarantaine d'élèves sur une période de cinq ans.

À ce jour, la CSFY a identifié plus de 20 familles voulant faire instruire leurs enfants en français représentant près de 40 enfants, dont près de 30 en âge de fréquenter une école primaire, peut-on également lire dans la poursuite.

Au moment d’écrire ces lignes, le gouvernement du Yukon n’avait pas encore déposé sa défense.

La section Commentaires est fermée

Les commentaires sont modérés et publiés du lundi au vendredi entre 6 h et 23 h 30 (heure de l’est).

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre ICI Grand-Nord

Chaque semaine, parcourez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Grand-Nord.