•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sécurité routière près des écoles : Québec ne prévoit pas de normes contraignantes

Une pancarte indiquant un passage pour piétons.

Les partis d'opposition demandent des changements au Code de la sécurité routière.

Photo : getty images/istockphoto / JohnnyH5

La Presse canadienne

Lors d’une rencontre avec un groupe de parents qui militent pour une sécurité renforcée autour des écoles, la ministre des Transports du Québec, Geneviève Guilbault, ne s’est pas engagée à établir des normes contraignantes en matière d'aménagement des rues aux abords des établissements scolaires.

En entrevue avec La Presse canadienne à la sortie de l'entretien, Ann-Julie Rhéaume, membre du groupe de ces parents militants, a dit être satisfaite de cette rencontre et dit avoir senti que la ministre était à l'écoute.

Toutefois, la ministre ne les a pas assurés que son plan à venir pour améliorer la sécurité routière allait comporter des aménagements obligatoires autour des écoles pour ralentir ou diminuer la circulation routière.

Des aménagements seraient proposés, sans que les municipalités soient obligées de les réaliser. Or, pour certaines municipalités, ce n'est pas une priorité, a relevé Mme Rhéaume.

Les parents demandent notamment des saillies ainsi que des trottoirs plus élevés, parce que la signalisation, la sensibilisation et la répression ne suffisent pas. Une cinquantaine de municipalités ont demandé par résolution au ministère des Transports de soutenir et de financer ces aménagements.

On n'a pas eu d'engagement ferme, on est satisfait parce qu'on a senti que la ministre nous avait écoutés, que son plan allait contenir des aménagements, a-t-elle dit.

Mais effectivement, on aurait aimé un engagement à ce qu'il y ait des normes contraignantes et qu'on prenne le leadership dans ce dossier.

Une citation de Ann-Julie Rhéaume, membre du groupe de parents militants

Les parents déplorent en effet que tout le monde se renvoie la balle dans le dossier sur la sécurité autour des écoles : le ministère des Transports, les municipalités, etc.

Personne ne prend le leadership. Même après la mort d'un enfant, les choses ne s'améliorent pas vraiment, a déploré Mme Rhéaume.

Le débat sur la circulation autour des écoles fait les manchettes depuis la mort, en décembre, d'une fillette de 7 ans d'origine ukrainienne qui se rendait à pied à l'école lorsqu'elle a été fauchée par un chauffard. François Legault avait alors dit que la majorité des Québécois respectent les limites de vitesse dans les zones scolaires.

Autant le Parti libéral du Québec que Québec solidaire et le Parti québécois demandent des changements au Code de la sécurité routière, mais surtout la réalisation rapide d'aménagements autour des écoles pour ralentir la circulation.

Au cours d'un débat, il y a quelques semaines, Geneviève Guilbault avait évoqué la possibilité d'imposer jusqu'à neuf points d'inaptitude aux conducteurs qui ne respectent pas la vitesse et les règles dans les zones scolaires.

La section Commentaires est fermée

Les commentaires sont modérés et publiés du lundi au vendredi entre 6 h et 23 h 30 (heure de l’est).

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.