•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville de Saguenay veut un chèque de 105 M$ de Québec et non un prêt pour la zone IP

Un navire vient d'arriver au Port de Saguenay.

Les installations du Port de Saguenay

Photo : Radio-Canada / Catherine Paradis

La mairesse de Saguenay, Julie Dufour, est sans équivoque : la Ville veut un chèque de 105,5 millions de dollars pour le développement de la zone industrialo-portuaire et non un prêt du gouvernement du Québec.

La semaine dernière, la ministre des Affaires municipales et ministre responsable du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Andrée Laforest, a confirmé que le dossier est en analyse par le ministère de l’Économie et de l’Innovation et que l’aide financière promise pourrait être un prêt plutôt qu’une subvention.

Le premier ministre s’est engagé en campagne. Le premier ministre s’est engagé une fois élu. L’administratif de Ville de Saguenay, Promotion Saguenay et Port Saguenay ont eu des rencontres à Québec pour voir comment on peut déployer cette somme, a déclaré la première magistrate en séance du conseil municipal, mardi, à La Baie.

Un navire vient d'arriver au Port de Saguenay.

Les installations du Port de Saguenay

Photo : Radio-Canada / Catherine Paradis

Julie Dufour a rappelé les promesses de François Legault.

Ce n’est pas un prêt qu’on veut. C’est un message clair du gouvernement qu’il s’engage comme il l’a fait à Bécancour. Demain [mercredi], nous aurons des rencontres à Québec. Ce qu’on veut c’est un chèque, a insisté la mairesse, qui a l’intention de clarifier la situation avec les représentants gouvernementaux au cours des prochaines heures.

Table sur l’aluminium

Le conseiller de l’Équipe du renouveau démocratique (ERD), Marc Bouchard, a critiqué la mairesse, qui ne siège pas à l’observatoire régional sur l’aluminium, formé sous le règne de Josée Néron.

Vous avez balayé du revers de la main cette structure rassembleuse. Jugez-vous toujours pertinent de ne pas siéger à cette table?, a-t-il questionné.

Julie Dufour a fait valoir qu’il existe dorénavant une Conférence des préfets et que le développement économique et l’exploitation des ressources naturelles est au cœur des discussions.

Légalement, cette table n’existait pas. Nous avons la conférence des préfets où nous sommes en train de créer de grandes structures. Pour cette vigie, nous y sommes encore. Je pense que Rio Tinto est un acteur majeur en termes de main-d’œuvre et de déploiement économique. Il faut que la région se développe et on ne peut pas mettre nos billes dans la même filière, a répondu la mairesse.

Le conseiller Kevin Armstrong a fait valoir l’importance d’exiger des investissements de la part de Rio Tinto et que Québec demande des engagements à la multinationale, dans le contexte du déploiement de la technologie Elysis. La nouvelle technologie d'aluminium vert pourrait engendrer la perte d'emplois dans des usines plus vieilles de Rio Tinto.

Ça urge que Rio Tinto annonce de façon très claire des investissements. Il y a des choses qui urgent bien avant l’observatoire. Ce qui presse, c’est d’être assis autour de la table avec Rio Tinto et le gouvernement du Québec, a martelé Kevin Armstrong.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Saguenay-Lac-Saint-Jean

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Saguenay-Lac-Saint-Jean.