•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dégâts du verglas : « un post mortem va s’imposer », dit Valérie Plante

Une équipe d'Hydro-Québec au travail à Montréal.

Une équipe d'Hydro-Québec au travail à Montréal

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Radio-Canada

Des élus municipaux réclament des améliorations au réseau d’Hydro-Québec pour éviter de futures crises. Ils estiment entre autres qu’il faut considérer l’enfouissement des fils électriques comme solution préventive.

Comme plusieurs milliers de Montréalais, les résidents de Beaconsfield dans l’ouest de l’île sont toujours dans le noir, une situation qui exaspère de nombreux citoyens.

Le maire de Beaconsfield, George Bourelle, gère une situation difficile depuis cinq jours. Il a mis à la disposition des citoyens le centre récréatif pour ceux qui veulent dormir au chaud ou charger leurs appareils électroniques.

Il estime que le réseau de distribution est le maillon le plus faible de la chaîne. C’est peut-être le temps de faire de vrais sauts et s’assurer que l’enfouissement de nos câbles va régler le problème une fois pour toutes.

Du côté de l’arrondissement de Saint-Laurent, son maire Alan DeSousa affirme que la situation va de mieux en mieux.

Mercredi passé, on avait à peu près 33 000 citoyens qui n’avaient pas accès à l’électricité. Les équipes d’Hydro-Québec et les équipes de l’arrondissement ont travaillé la main dans la main […] Aujourd’hui, je crois qu’il reste que 580 citoyens sans électricité, a-t-il dit.

Toutefois, il a souligné qu’il faut tirer les leçons de cet exercice dans une entrevue à l’émission Le 15-18 diffusée sur ICI Première.

M. DeSousa a indiqué que l’une des premières décisions qu’il a prises en tant que maire était que les fils électriques des nouveaux ensembles résidentiels dans Saint-Laurent devaient être enfouis.

Le maire a constaté lui-même en inspectant les quartiers qu’il y avait beaucoup moins de pannes.

Les ingrédients pour les solutions existent. Chaque ville, chaque arrondissement devrait s’assurer que dans les nouvelles constructions, les fils électriques soient enfouis.

Une citation de Alan DeSousa, maire de l’arrondissement de Saint-Laurent

Il a ajouté que même dans les anciens quartiers, on devrait considérer par quels moyens l’enfouissement des fils électriques.

Une branche est suspendu à un fil électrique à Montréal, le vendredi 7 avril.

Le reportage de Gabrielle Proulx.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, s’est pour sa part interrogée sur les capacités des villes à faire face aux changements climatiques.

Nos territoires sont-ils prêts pour le changement climatique? Comment on est prêts à faire face au verglas, mais aussi aux vagues de chaleur ou des inondations, même des pluies éclair […] Il faut réfléchir comment nos territoires deviennent plus résilients.

Plus précisément sur les dégâts provoqués par le verglas, Mme Plante a affirmé qu’un post mortem va s’imposer, c’est évident. Il y a des leçons à prendre à tous les niveaux, pour Hydro-Québec, pour la Ville de Montréal.

Évoquant l’entretien des arbres, la mairesse s’est interrogée : Est-ce qu’on doit élaguer davantage? […] L’hydroélectricité fait partie des questions qui s’imposent.

Pour Lynn St-Laurent, porte-parole d’Hydro-Québec, il s’agit d’élaguer, émonder, s’assurer que la végétation ne puisse pas entrer en contact aussi facilement avec le réseau.

Pour ceux qui soulèvent l’option de l’enfouissement, ça vient avec un coût, a-t-elle souligné.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.