•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Légère baisse des actes de violence dans les transports en commun à Toronto

Un agent de la Commission de transport de Toronto est debout près d'un ruban jaune.

Une série d'événements violents se sont produits dans les transports publics de Toronto depuis le début de l'année.

Photo : Radio-Canada / Evan Mitsui

Radio-Canada

Le nombre d’incidents de sécurité dans le transport en commun torontois a diminué en février, alors que des agents de police supplémentaires patrouillaient le réseau.

Dans le rapport mensuel de son président, la Commission de transport de Toronto (CTT) affirme que le nombre de méfaits et d'attaques contre des usagers est passé de 136 en janvier à 111 en février, une diminution de 18 %.

Fin janvier, la police torontoise a déployé 80 agents travaillant en heures supplémentaires dans le réseau de la CTT. Cette mesure temporaire avait été annoncée à la suite d’une série d'événements violents dans les transports en commun de la métropole.

Deux agents parlent à des usagers dans une rame de métro.

Deux policiers patrouillent dans le métro à Toronto le 27 janvier.

Photo : Radio-Canada / Mark Bochsler

Les policiers supplémentaires ont été retirés à la mi-mars, mais la CTT s’engage toujours à ajouter 55 agents spéciaux dans son réseau cette année. Neuf d’entre eux doivent entrer en fonction ce mois-ci.

Selon Irvin Waller, professeur émérite en criminologie à l'Université d'Ottawa, les plus récentes données de la CTT sont loin d'être suffisantes pour prouver l'efficacité de la présence policière accrue.

Une fluctuation d'un mois à l'autre n'est pas une raison de croire qu'il y a une tendance lourde, soutient-il.

La CTT signale 2,15 actes de violence par million de passages en février, un taux plus de deux fois supérieur à celui de 2019.

Des employés de la CTT ont par ailleurs été ciblés dans 99 événements au cours du même mois, un léger recul par rapport à janvier.

Aux yeux de M. Waller, une diminution durable de la violence dans les transports en commun passe avant tout par la prévention. Il faut concentrer les efforts sur les jeunes hommes les plus à risque d’utiliser la violence, [notamment par] l’action des travailleurs de rue, dit-il.

C’est une opinion que partage Shelagh Pizey-Allen, du groupe d’usagers TTC Riders. Nous aimerions voir un plan fondé sur des preuves, explique-t-elle.

Mme Pizey-Allen estime que, pour l’instant, la CTT ne fait que réagir aux événements tragiques qui font les manchettes sans prendre les mesures nécessaires pour régler un problème de longue date.

À la fin de mars, le conseil municipal de Toronto a consenti à ce que la Commission puise 15 millions de dollars dans un fonds de réserve pour maintenir en poste 50 agents de sécurité et 20 travailleurs communautaires auprès des itinérants, notamment.

Depuis le lancement de la course à la mairie de Toronto, de nombreux candidats se sont prononcés sur la sécurité dans les transports en commun, un enjeu qui s’annonce central dans la campagne.

Avec les informations de Clara Pasieka, de CBC

La section Commentaires est fermée

Les commentaires sont modérés et publiés du lundi au vendredi entre 6 h et 23 h 30 (heure de l’est).

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Ontario

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Ontario.