•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grassy Narrows : l’Ontario prolonge de dix ans le moratoire sur l’exploitation forestière

Une coupe à blanc.

Cette image datant de 2006 montre la coupe à blanc d'un secteur de la forêt Whiskey Jack situé sur les terres ancestrales de Grassy Narrows.

Photo : Avec la permission de David Sone

L’Ontario annonce qu’elle prolongera de dix ans, jusqu’en 2034, le moratoire sur l’exploitation forestière autour de la Première Nation de Grassy Narrows.

Cette mesure, qui vise à protéger les terres ancestrales situées dans la forêt Whiskey Jack, servira à limiter l’activité industrielle, particulièrement les coupes à blanc.

Nous saluons cette décision. Nous nous battons pour cela depuis plus de 20 ans. Nous sommes extrêmement satisfaits.

Une citation de Joseph Fobister, militant pour la protection des terres ancestrales de Grassy Narrows
Joseph Fobister devant un lac enneigé.

Joseph Fobister est un trappeur de la Première Nation de Grassy Narrows. Il milite depuis plus d'une décennie contre l'exploitation commerciale des terres ancestrales de sa région.

Photo : Avec l'autorisation de David Sone

La suspension est en vigueur depuis 2017 et devait venir à échéance l’année prochaine.

C’est une victoire provisoire pour Grassy Narrows, qui souhaite un jour protéger ses terres ancestrales de façon permanente.

Dans une lettre envoyée à la Première Nation au début de février, dont Radio-Canada a obtenu copie, le ministère des Richesses naturelles et des Forêts (MRNF) indique qu’aucune exploitation commerciale ne serait prévue sur les terres de cette région protégée, dont la superficie est identique à celle détaillée dans le moratoire précédent.

M. Fobister est également reconnaissant que les membres et dirigeants de la Première Nation soient invités à prendre part à des consultations avec la province et à la préparation d’un nouveau plan de gestion forestière de la forêt Whiskey Jack, qui débutent ce mois-ci.

Le MRNF espère s'en servir pour élaborer un plan de gestion à long terme, qui contiendrait des cibles d'exploitation durable.

Le travail n’est pas terminé

Dans une autre lettre adressée au chef de Grassy Narrows, Rudy Turtle, le MRNF dit vouloir rendre une décision sur le nouveau plan d’ici le printemps ou l’été 2024.

Avant l’annonce, la communauté avait envoyé plusieurs lettres au MRNF et aux compagnies forestières pour assurer qu’ils s’engagent à ne pas exploiter son territoire. La Première Nation avait déclaré sa souveraineté en octobre 2018, craignant que la province ne mette fin au moratoire.

Grassy Narrows lutte contre l’empoisonnement de ses résidents depuis les années 1960. Plusieurs études démontrent que l’exploitation forestière, en particulier les coupes à blanc, augmente la contamination au mercure dans les cours d’eau environnants.

Des manifestants autochtones marchent dans la rue à Toronto avec des pancartes et des tambourins.

Des membres et des dirigeants de la communauté de Grassy Narrows se sont rendus à multiples reprises à Toronto pour manifester contre la présence de mercure sur leur territoire. (Photo d'archives)

Photo : Radio-Canada / Andréane Williams

Selon une recherche scientifique publiée en septembre 2016, plus de neuf résidents sur 10 montrent des signes d’empoisonnement au mercure.

Au fil des années, les coupes se sont rapprochées de notre communauté et des cours d’eau. Il y a des craintes, détaillées dans des études scientifiques, qu’en dérangeant le sol, d'autre mercure soit déversé dans l’eau.

Une citation de Joseph Fobister, militant pour la protection des terres ancestrales de Grassy Narrows

Grassy Narrows demande également au gouvernement Ford d’être consulté au sujet de l’exploration minière, qui a laissé sa marque, selon M. Fobister.

Les dirigeants ont intenté une poursuite contre la province en 2021 après avoir contesté la validité de neuf permis octroyés sans consultations.

Le chef et plusieurs membres de la communauté s’étaient rendus à Queen’s Park il y a deux semaines afin de dénoncer le manque de consultations au sujet des projets miniers sur leur territoire.

Rudy Turtle.

Le chef de Grassy Narrows, Rudy Turtle, et plusieurs membres et dirigeants de cinq Premières Nations du Nord de l’Ontario se sont rendus Toronto le 29 mars dernier. (Photo d'archives)

Photo : Radio-Canada

Ils s'y sont pris de la même manière en 2014, se rendant jusqu’à la Cour suprême pour débattre des compétences de la province en matière d’octroi de permis d’exploitation industrielle de ressources naturelles.

Le plus haut tribunal au pays a finalement conclu que seul l’Ontario pouvait en offrir pour un territoire cédé par les Ojibways par traité en 1873, mais elle doit quand même respecter certaines obligations envers les communautés touchées.

Avec les informations de Bienvenu Senga

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Ontario

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Ontario.