•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

10 Acadiens signent une lettre pour s’opposer au changement proposé du nom de l’U de M

Portrait de Michel Bastarache.

L'ex-juge à la Cour Suprême du Canada Michel Bastarache s'oppose au changement de nom de l'Université de Moncton. (Photo d'archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L’ancien juge de la Cour suprême Michel Bastarache, l’ancienne ministre Aldéa Landry, l’expert en sciences politiques Donald J. Savoie et sept autres Acadiens signent une lettre d’opposition au changement proposé du nom de l’Université de Moncton.

Ces Acadiens disent faire partie d’une majorité silencieuse.

La lettre, qui est adressée aux membres du Conseil de l’université, présente cinq arguments selon lesquels l’université ne devrait pas changer de nom, comme le demandent de nombreuses personnalités acadiennes. Le débat a été lancé par le militant acadien Jean-Marie Nadeau.

Cependant, les signataires contactés n’ont pas voulu accorder d’entrevue. Ils disent préférer laisser le contenu de la lettre exprimer leur point de vue. La position marque donc un important contraste avec plusieurs personnes qui ont choisi de signer la pétition lancée par Jean-Marie Nadeau et Jean-Bernard Robichaud. Plusieurs n’avaient pas hésité à accorder d’entrevue.

Jean-Marie Nadeau debout dehors en hiver devant l'enseigne de l'Université de Moncton qui est sur le campus de Moncton.

Jean-Marie Nadeau (Photo d'archives)

Photo : Radio-Canada / Frédéric Cammarano

Les signataires avancent que changer le nom de l’établissement reviendrait à ne pas respecter la volonté des fondateurs, notamment le père Clément Cormier et l’ex-premier ministre du Nouveau-Brunswick Louis J. Robichaud.

Ne méprisons pas la volonté et la sagesse des fondateurs, résument-ils tout simplement.

Selon eux, changer le nom de l’université serait un geste purement symbolique qui ne permettrait pas de s’attaquer aux problèmes fondamentaux de l’établissement. Ces problèmes comprennent, selon les dix Acadiens, la concurrence entre l’université et celles du Québec, les nouveaux modes d’apprentissage mis de l’avant par la pandémie de COVID-19 et l’intégration de l’intelligence artificielle à l’université.

Ils avancent que les jeunes ne considèrent pas ce changement de nom proposé comme une priorité. Les signataires soulignent notamment le faible nombre de signataires de la pétition pour appuyer leur position.

Ces dix Acadiens évoquent aussi certains risques d’affaires liées à ce changement de nom, y compris ses effets sur la réputation de l’université et les coûts qui lui seraient associés. Ils estiment aussi qu’un autre établissement pourrait s’approprier le nom de l’université et du même coup la réputation et la notoriété qui l'accompagne.

L'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick, le 10 mars 2020.

Un changement de nom devrait passer par l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick. (Photo d'archives)

Photo : Radio-Canada / Guy Leblanc

Finalement, les signataires assurent ne pas vouloir s’en remettre au gouvernement provincial, puisque, si l’université devait décider de changer de nom, il faudrait inévitablement passer par l’Assemblée législative. Les dix Acadiens soutiennent que le Nouveau-Brunswick n’a pas encore réussi son virage vers un "vivre ensemble" sain et rationnel qui met les communautés linguistiques sur un pied d’égalité dans le respect des différences.

Selon nous, le changement de nom de l’Université de Moncton aurait comme effet d’alimenter l’incompréhension, puisqu’il serait perçu comme un rejet de notre appartenance à une société bilingue qui a accepté l’évolution en adoptant la Loi sur les langues officielles, la Loi sur l’égalité des communautés linguistiques, la dualité en éducation et en santé, avancent les signataires.

La demande de changement de nom sera étudiée lors de la prochaine réunion du Conseil de l'université, prévue pour le 15 avril.

Avec les informations d'Océane Doucet

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Acadie

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Acadie.