•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Des gens réunis à l'extérieur ont lâché de nombreux ballons dans les airs.

Une envolée de ballons a été organisée à Louiseville à la mémoire de Maureen Breau.

Photo : Radio-Canada / Yoann Dénécé

Depuis quelques jours, plusieurs hommages à la sergente décédée en service, Maureen Breau, sont organisés dans la région.

Une cérémonie spéciale a eu lieu vendredi soir devant le poste de la Sûreté du Québec à Louiseville. Une centaine de personnes étaient présentes, dont des pompiers, des ambulanciers, des policiers et des infirmières de la région. Des proches de la famille étaient également présents.

Lors de l’hommage, les gens ont procédé à une envolée de ballons blancs et à des lectures de textes en sa mémoire.

Le maire de Louiseville, Yvons Deshaies, était aussi sur place et s’est dit touché de voir cet élan de solidarité envers Maureen Breau et sa famille.

« Ça me fait chaud au cœur, je suis content de voir ça, les gens se tiennent beaucoup, la communauté était là. On est réunis et plus soudés. »

— Une citation de  Yvons Deshaies, maire de Louiseville

Un mouvement de solidarité sur le web a également été lancé par une résidente de Louiseville. L'initiative consiste à afficher le matricule de Maureen Breau dans la fenêtre de sa résidence pour témoigner de son soutien, à l’instar des arcs-en-ciel lors de la pandémie.

Un hommage à l’École nationale de police du Québec

Le décès de la sergente a également été souligné lors de la cérémonie de remise de diplômes de l’École nationale de police du Québec, qui avait lieu le vendredi 31 mars.

Le ministre de la Sécurité publique François Bonnardel, l’invité d’honneur de la cérémonie, en a profité pour souligner le courage nécessaire pour exercer cette profession. Il a également réitéré ses condoléances aux proches de la sergente.

Fadi Dagher, directeur du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), était aussi présent et a livré un discours assez personnel. Il s’est dit troublé par les récents événements.

« C’est un drame. On ne sait pas ce qui se passe dans la société. Il faut trouver des solutions. »

— Une citation de  Fadi Dagher, directeur du SPVM

Il a d'ailleurs rappelé aux parents présents dans la salle que malgré les dangers que peut comprendre cette profession, il est important de continuer à protéger et à servir.

D'après les informations recueillies par Kassandra Lebel et par Amélie Desmarais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...