•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sursis pour la ligne d’écoute d’Interligne la nuit

Un homme au téléphone la nuit.

L'organisme Interligne, autrefois appelé « Gai Écoute », mentionne que le tiers des appels d'urgence surviennent en pleine nuit.

Photo : iStock / finwal

La Presse canadienne

La ligne d'écoute d'Interligne peut « contre toute attente » maintenir temporairement un service minimal la nuit grâce à des fonds suffisants.

Cet organisme qui intervient auprès des personnes LGBTQ+ a annoncé vendredi en fin de soirée avoir obtenu un sursis pour sa ligne d'écoute la nuit. Faute d'aide financière récurrente, Interligne prévoyait ne plus pouvoir répondre aux appels de détresse nocturnes à compter du 31 mars.

Interligne a pu, contre toute attente, bénéficier de suffisamment de financement pour lui permettre de maintenir un service minimum pendant la nuit, peut-on lire dans un communiqué.

Il n'est toutefois pas précisé pendant combien de temps les fonds permettront de conserver ce service.

Le directeur général de l'organisme se réjouit néanmoins de cette prolongation temporaire grâce à l'appui du public.

Jamais on n'aurait pensé que la mobilisation de la communauté et du milieu [des entreprises] aurait pu nous aider à prolonger notre ligne d'écoute de nuit. Ça nous permet de gagner du temps, de continuer à sauver des vies, pendant qu'on continue la discussion avec le gouvernement du Québec, a affirmé Pascal Vaillancourt dans le communiqué.

Financement public incertain

Au cours des derniers mois, Interligne a fait pression sur le gouvernement Legault pour recevoir une somme récurrente de 300 000 $ afin d'assurer la survie de son service entre minuit et 8 h le matin. Selon l'organisme, ce montant permettrait d'offrir des conditions salariales décentes à ses travailleurs.

En février, la Coalition avenir Québec a refusé le dépôt d'une motion du Parti libéral du Québec qui réclamait un financement nécessaire au maintien de la ligne d'écoute en pleine nuit.

Interligne – autrefois Gai Écoute – mentionne que le tiers des appels d'urgence surviennent durant cette période.

Les personnes qui ont recours au service d'aide et de renseignements entre minuit et 8 h appellent souvent pour exprimer une détresse encore plus urgente à des moments où un soutien psychologique et une intervention de crise sont plus que nécessaires, fait valoir l'organisme.

En moyenne, chaque année, plus de 35 000 personnes LGBTQ+ contactent la ligne d'écoute d'Interligne.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...