•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’efficacité énergétique de milliers de maisons albertaines rendue publique

Quartier résidentiel d'Edmonton vu d'en haut.

Le projet vise aussi à réduire la consommation d'énergie et les émissions. (Photo d'archives)

Photo : Radio-Canada / David Bajer

Radio-Canada

Une compagnie de logiciels a publié les résultats préliminaires de ses évaluations portant sur l'efficacité énergétique de milliers de foyers unifamiliaux à Edmonton et Calgary. Le but est de mieux informer les propriétaires et fournir un outil de décision aux acheteurs potentiels.

La compagnie vancouvéroise Lightspark a utilisé l’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique pour générer des cotes d'efficacité énergétique.

Lightspark a aussi utilisé des étiquettes ÉnerGuide, la détection et la télémétrie de la lumière, les taux d'imposition foncière ainsi que les données du recensement pour estimer l'efficacité énergétique d'une résidence. Les propriétaires peuvent inscrire leurs propriétés et donner plus d'informations pour améliorer la précision des scores.

Les maisons jugées très efficaces apparaissent en vert sur les cartes et celles qui sont estimées inefficaces sont en rouge. La version bêta des cartes interactives  (Nouvelle fenêtre)(en anglais) fonctionnera pendant trois à six mois en tant que projet pilote.

Selon James Riley, le PDG et fondateur de l'entreprise : C'est vraiment une question de transparence.

Mike Mellross est directeur de programme de l'Alberta Ecotrust Foundation, un organisme de protection de l’environnement qui a contribué au financement du projet avec l'Alberta Real Estate Foundation et la Banque Scotia. Il relève que plus de 18 000 logements à Edmonton et Calgary doivent être rénovés chaque année d'ici 2050 afin d'atteindre les objectifs de réduction de carbone.

Des scores très médiocres

Cliquer sur une maison sur la carte fait apparaître trois scores : un pour la consommation d'énergie, un pour les émissions de carbone et un autre qui combine les deux et prend en compte les autres maisons de la ville.

Certaines zones sur la carte d'Edmonton, comme les rues juste à l'est du parc Terwillegar, présentent de nombreuses cotes rouges tandis que d'autres, comme les nouveaux quartiers ouest de Secord et Rosenthal, affichent principalement des cotes vertes.

Les notes attribuées à Magrath Mansion, une maison centenaire qui appartient maintenant à l'Université Concordia d'Edmonton, sont classées comme très médiocres.

Des constructeurs sceptiques

CBC/Radio-Canada a demandé à deux constructeurs spécialisés dans les maisons à consommation nette zéro de tester l'outil. Tous deux ont remis en question l'exactitude de ses notes.

Je ne ferais pas confiance à cette carte, estime Trevor Hoover, président d'Habitat Studio, un constructeur de maisons sur mesure à Edmonton. Il soutient avoir recherché des maisons présentant des cotes inférieures à ce qu'elles devraient avoir et inversement.

Il donne l’exemple d'une maison appartenant à un collègue et qui avait une note trop faible. Mais après que le collègue s'est inscrit sur le site Web et a entré ses propres données, le score de la maison s'est considérablement amélioré, affirme-t-il.

Dave Butterwick, l'associé directeur de Butterwick Projects, dit pour sa part avoir rencontré un problème inverse : les cotes semblaient trop élevées. Il dit toutefois aimer l’idée du projet.

James Riley, le PDG de Lightspark, reconnaît que les cartes ne sont pas encore parfaites, mais qu'elles sont continuellement mises à jour.

Il ajoute que la société avait pour objectif d'obtenir des évaluations pour toutes les maisons unifamiliales des deux villes au cours de la semaine prochaine. L'entreprise travaille également sur des recommandations de rénovation personnalisées.

Un concurrent, une autre approche

Lightspark n'est pas la seule entreprise à essayer d'estimer l'efficacité énergétique à l'échelle de la ville.

MyHEAT, un concurrent basé à Calgary, utilise l'imagerie thermique aérienne pour calculer la perte de chaleur des maisons.

Sa technologie a aidé à identifier des sources inattendues de perte d'énergie. L'entreprise avait remarqué, par exemple, que les maisons de Calgary avec des garages attenants à l'avant semblaient perdre beaucoup de chaleur. Les audits énergétiques ont confirmé qu'il y avait des murs mal isolés entre ces maisons et leurs garages non isolés.

Comme Lightspark, MyHEAT utilise également l'apprentissage automatique et attribue des notes aux maisons (Nouvelle fenêtre) (en anglais). Elle vend ses services aux gouvernements et aux entreprises de services publics partout en Amérique du Nord.

Avec les informations de Madeleine Cummings

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...