•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Résidence le Camélia menacée de fermeture

Une personne assis à une table est en train d'écrire sur une feuille alors qu'une autre personne debout est tournée vers elle.

Le reportage de Jacob Côté

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Une vingtaine d’adultes vivant avec une déficience intellectuelle ou des enjeux de santé mentale pourraient perdre leur maison de répit, à Trois-Rivières. La Résidence le Camélia affirme que les heures de soins octroyées par le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ) à ses résidents ont été réduites drastiquement depuis le début de l’hiver. L’établissement peine à maintenir ses soins et rémunérer ses employés.

La maison de répit accueille une vingtaine de résidents en chambre et pension. La résidence est privée, elle n’est donc pas financée à la mission. Les soins prodigués comme l’hygiène et l’administration de médicaments sont couverts par le programme gouvernemental chèque emploi-service.

Ce programme de la Santé publique octroie aux résidents un nombre d’heures de soins par semaine. Ces soins sont dispensés par les employés de la résidence. La propriétaire, Lucie Duval, explique qu’une grille d’évaluation détermine le nombre d’heures dont chaque résident a besoin. Selon elle, les heures de services ont été revues à la baisse, privant parfois les résidents jusqu'à dix heures de soins par semaine.

« On vit avec une réalité de baisse d'heures d'au-delà de 100 heures, ce qui fait qu'il y a des répercussions sur l'ensemble des usagers. Et aussi sur les employés dont la rémunération dépend des heures de services. »

— Une citation de  Lucie Duval, propriétaire de la Résidence le Camélia

La Résidence a dû en licencier quatre depuis le début de l'année. La propriétaire ne comprend pas le pourquoi de ce changement drastique.

Un différent son de cloche

Le CIUSSS MCQ réfute l'affirmation de la résidence. Selon une porte-parole, les heures n'ont pas été réduites de façon aussi marquée… sans toutefois pouvoir fournir de chiffres à l'appui.

La direction régionale de Santé publique affirme que les besoins des usagers sont déterminés en collaboration avec les familles. Mais ce n'est pas la version de proches aidants qui se sont confiés à Radio-Canada et qui déplorent la réduction des heures de services.

La résidence pourrait mettre la clé sous la porte, ce qui forcerait les résidents à être relocalisés. Pour certains, ce serait se retrouver devant l’inconnu puisque le Camélia est le seul endroit où ils peuvent loger.

Avec les informations de Jacob Côté

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...