•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Alberta accueille le nouveau budget fédéral avec un sentiment mitigé

Travis Toews, ministre albertain des Finances.

Le ministre albertain des Finances, Travis Toews, est déçu du nouveau budget fédéral, mais estime qu'il comporte des éléments méritant l'attention de la province, notamment en ce qui concerne le crédit d'impôt pour la filière hydrogène.

Photo : Radio-Canada

En Alberta, le budget fédéral pour 2023-2024 suscite des réactions mitigées, du côté du gouvernement provincial comme du côté des organismes et des observateurs de la vie économique de la province.

Charles St-Arnaud, économiste en chef de l’Alberta Central, le réseau des caisses populaires de la province, souligne que la province s'attendait peut-être à une augmentation de la valeur des crédits d’impôt pour la capture du carbone. Or, il n’y a pas vraiment eu d’annonce de ce côté-là.

Selon l’économiste, cela est d’autant plus décevant que le plan économique de la province pour la prochaine décennie dépend énormément de la capture du carbone, que ce soit pour la production pétrolière, l’expansion de l’industrie pétrochimique ou l’hydrogène bleu.

Charles St-Arnaud souligne que ce budget fédéral présente néanmoins des détails au sujet de crédits d’impôt sur la production d'hydrogène ainsi que de nouveaux crédits d’impôt sur la production d’électricité propre qui pourraient bénéficier à l’Alberta en drainant plus d’investissements.

L'économiste Charles St-Arnaud dans son bureau de Calgary.

Charles St-Arnaud, économiste en chef de l’Alberta Central.

Photo : Radio-Canada / Richard Marion

Travis Toews, le ministre albertain des Finances, regrette qu’il n’y ait eu aucune mesure supplémentaire concernant les crédits d’impôt pour le captage et la séquestration du carbone. Selon lui, la province a investi environ 2 milliards de dollars dans les infrastructures de captage et stockage de carbone au cours des dernières années pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Toutefois, selon le ministre albertain, il y a des éléments dans le budget qui méritent une attention de la province, notamment le crédit d'impôt à l'investissement pour la filière hydrogène. Nous travaillerons avec l'industrie pour comprendre exactement ce que cela signifie pour notre compétitivité, surtout par rapport aux importants incitatifs proposés par le voisin américain pour ce marché.

Des déceptions sur le volet social

En ce qui concerne les mesures sociales, Bradley Lafortune, directeur général du Centre de défense de l’intérêt public de l’Alberta (Public Interest Alberta), se dit très déçu du budget fédéral qui, à son avis, n'est pas à la hauteur des attentes.

Nous nous attendions à beaucoup plus d'investissements et de secours pour les Albertains et les Canadiens. Très franchement, c'est très frustrant et il n'y a vraiment pas grand-chose à célébrer dans ce budget fédéral.

Selon lui, ce budget aurait dû accorder davantage d'attention aux problèmes structurels comme la crise de l'abordabilité et le marché du logement, ainsi qu'investir davantage dans le filet de sécurité sociale.

Le maire d'Edmonton, Amarjeet Sohi, se dit pour sa part satisfait des annonces, notamment en ce qui a trait aux investissements dans le logement pour Autochtones en milieu urbain ainsi que dans des programmes de santé mentale, de toxicomanie et de lutte contre les dépendances.

Nous sommes toujours préoccupés par le fait qu'ils ne vont pas assez loin pour relever les défis auxquels sont confrontés les centres urbains comme Edmonton lorsqu'il s'agit de résoudre des problèmes tels que l'itinérance et la crise du logement, nuance-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...