•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’état des pistes cyclables de Winnipeg critiqué

Une piste cyclable non-déneigée à Winnipeg.

Certaines pistes cyclables sont mal déneigées à Winnipeg, selon des cyclistes.

Photo : Radio-Canada / Carla Geib

Radio-Canada

À Winnipeg, quelques centimètres de glace sur les pistes cyclables rendent la chaussée extrêmement glissante. Plusieurs cyclistes critiquent leur entretien et regrettent que l'état des pistes décourage les habitants de rouler à vélo plutôt qu’en voiture.

Pour Darrell Hawula, qui roule à vélo autant que possible, la saison de gel et de dégel sur les routes est périlleuse. Il faut faire attention sur la glace. Les pneus étroits glissent n’importe où.

Il regrette que la Ville ne mette pas plus de sable sur les pistes cyclables et estime qu'une telle initiative profiterait aussi aux piétons.

Le conseiller municipal de Saint-Boniface, Mathieu Allard, veut agir dans ce sens depuis plusieurs années. Ça fait quatre fois que je dépose un projet pilote pour déneiger les trottoirs jusqu’au béton, affirme-t-il.

Avec une quatrième proposition, il espère que ses homologues lui donneront raison.

Mathieu Allard ajoute que le déneigement touche aussi les personnes à mobilité réduite. Nous sommes non conformes à la Charte des droits de la personne. Il y a une inégalité entre les gens qui peuvent conduire et ceux qui ne peuvent pas, argumente-t-il.

Mathieu Allard rappelle aussi que Winnipeg est dotée d’un plan pour lutter contre les changements climatiques

L’objectif est que 50 % des Winnipegois utilisent leur bicyclette ou l’autobus d’ici 2030. C’est ambitieux, mais c’est possible si l'on fait les bons investissements. Mais pour que les gens se rendent aux transports en commun, on a besoin de bons trottoirs aussi.

Il faut agir dès maintenant

Le président de l’association de cyclistes Bike Winnipeg, Mark Cohoe, soutient que la Ville devrait favoriser le transport actif. Il faut créer l’espace pour rouler ou marcher, facile à adopter au quotidien, qui ne laisse pas le sentiment de renoncer au confort.

Mark Cohoe avec son vélo sur une piste cyclable de Winnipeg.

Le président de Bike Winnipeg, Mark Cohoe.

Photo : Radio-Canada / Carla Geib

Selon lui, l'urgence climatique est la principale raison pour laquelle il faut encourager les transports actifs et affirme que la transition est nécessaire pour les générations futures. Selon les rapports sur le climat, il faut agir dès maintenant.

Avec les informations de Carla Geib

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...