•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un groupe de médecins se joint à l’opposition au projet immobilier du lac Sandy

Une partie du terrain prévu pour le projet domiciliaire près du lac Sandy à Bedford.

Une coupe à blanc est visible du côté ouest du lac Sandy, où un projet proposé de Clayton Developments pour 6000 logements a été accéléré après avoir été désigné zone de planification spéciale par la province.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des dizaines de professionnels de la santé unissent leurs voix pour tenter d'arrêter le projet domiciliaire autour d'un lac de Bedford, qui, selon eux, pourrait nuire à l'environnement et à la santé des résidents.

Un groupe de 70 médecins, infirmières, scientifiques et autres travailleurs de la santé du Comité néo-écossais des médecins canadiens pour l'environnement (CAPE) a récemment écrit à la province pour l'exhorter à retirer le lac Sandy de la liste des zones de planification spéciale.

« Ce sont littéralement les poumons de notre ville, et nous devons les garder comme tels si nous voulons de l'air pur! »

— Une citation de  Chris McCrossin, médecin urgentiste à IWK

Un groupe de travail provincial sur le logement a choisi les 10 zones d'aménagement spéciales autour de la Municipalité régionale d'Halifax comme endroits pour accélérer les projets résidentiels, pour résoudre la crise du logement en cours dans la ville.

Une de ses zones est la région du lac Sandy qui comprend environ 400 hectares de terres à l'ouest et au sud du lac. Des terrains que bien des gens demandent depuis longtemps d'ajouter au parc du lac Sandy qui existe déjà dans la zone est.

Le Dr Chris McCrossin debout près du lac Sandy.

Le Dr Chris McCrossin du centre de santé mère-enfant IWK est l'un des nombreux professionnels de la santé et scientifiques de la Nouvelle-Écosse qui demandent au gouvernement provincial de retirer le lac Sandy de la liste des zones de planification spéciale.

Photo : Radio-Canada

Le Dr Chris McCrossinn explique que l'accès aux espaces verts naturels a des avantages médicaux prouvés pour la santé mentale, les maladies pulmonaires chroniques, les manques de concentration chez les enfants atteints de TDAH, ainsi que l'inflammation et le stress chez les adultes.

Pourquoi choisiriez-vous des zones spécifiquement écologiquement sensibles dont nous savons qu'elles ont des avantages mondiaux pour la santé des Haligoniens? dit-il.

Que ces zones soient accélérées pour le ce genre de projet, ça n’a pas de sens.

Des zones accélérées, mais pas à n'importe quel prix

Clayton Developments prévoit construire 6000 logements dans la région, mais il reste des études à faire avant qu'un plan directeur puisse être envisagé.

Une carte en noir et blanc délimitant la zone du projet près du lac.

La zone de planification spéciale du lac Sandy se trouve à l'ouest du parc régional du même nom et couvre environ 400 hectares de terres.

Photo : Gracieuseté de la MRH/Province de la Nouvelle-Écosse

Nous avons contacté Clayton Developments au sujet des préoccupations sur ce projet, mais n'avons pas reçu de réponse dans les délais.

Krista Higdon, une porte-parole provinciale, souligne que la crise du logement est particulièrement difficile dans la région d'Halifax. Elle ajoute que si la désignation spéciale de planification supprime les obstacles et aide des milliers de personnes à accéder plus rapidement aux maisons, les promoteurs doivent se conformer à la fois aux exigences municipales et aux lois et réglementations environnementales de la Nouvelle-Écosse, personne n'obtient de laissez-passer.

Préoccupations pour d’autres zones vertes

Kortney Dunsby, la coordinatrice des villes durables au Centre d’action écologique d’Halifax, est aussi préoccupée par d'autres espaces verts choisis pour des projets domiciliaires , comme Mount Hope à Eisner Cove, et les terres à l’ouest de Bedford entre la route Hammonds Plains et le boulevard Larry Uteck.

Elle fait valoir que la création de nouveaux quartiers au milieu d'espaces verts coûte plus cher à la municipalité et aux contribuables. À son avis, il serait plus logique d'inclure l'ancien centre commercial Penhorn dans les zones de planification spéciale.

Kortney Dunsby dans les bureaux du Centre d’action écologique d’Halifax.

Kortney Dunsby est coordinatrice des villes durables au Centre d’action écologique d’Halifax.

Photo : Radio-Canada

Les abords du lac Sandy sont à la fois une zone de planification spéciale et l'une des quatre communautés de services futurs. Des sites où la Municipalité régionale d’Halifax utilise 2,3 millions de dollars de la province pour mener des études sur l'environnement, les transports et les infrastructures pour aider à la planification de la l’agrandissement de la Municipalité.

L'un de ces sites, appelés corridor de l'autoroute 102, s'étend sur 300 hectares de terrain entre la route Kearney Lake et le chemin Lacewood, jusqu'à la limite est du parc régional Blue Mountain-Birch Cove Lakes.

Kortney Dunsby explique que ce parc est un autre site de nature sauvage urbaine extrêmement spécial. L’endroit est même envisagé par Parcs Canada pour la création d’un parc urbain national, et l'inquiétude est que toute construction à proximité pourrait nuire à la zone.

Avec les informations de Haley Ryan de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...