•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Ukraine accuse la Russie d’avoir pris le Bélarus « en otage »

Oleksiï Danilov.

Oleksiï Danilov, secrétaire du Conseil national de sécurité et de défense de l'Ukraine.

Photo : Reuters / VALENTYN OGIRENKO

Agence France-Presse

L'Ukraine a accusé dimanche la Russie d'avoir pris « en otage » le Bélarus après l'annonce par Vladimir Poutine que Moscou déploiera des missiles nucléaires « tactiques » sur le territoire de son allié, aux portes de l'Union européenne.

Les responsables russes ont multiplié depuis un an les menaces à peine voilées de se servir de l'arme nucléaire si le conflit avec Kiev venait à connaître une escalade significative. Le Bélarus est frontalier de l'Ukraine, de la Pologne et de la Lituanie.

Le Kremlin a pris le Bélarus comme otage nucléaire, a écrit sur Twitter le secrétaire du Conseil de sécurité ukrainien Oleksiï Danilov, ajoutant que la décision de M. Poutine est un pas vers la déstabilisation interne du pays.

L'annonce de Moscou maximise le niveau de perception négative et de rejet public de la Russie et de M. Poutine dans la société bélarusse, a avancé aussi M. Danilov.

Les Occidentaux ont réagi dimanche aux projets de M. Poutine.

Samedi, Vladimir Poutine a annoncé que la Russie allait déployer des armes nucléaires tactiques au Bélarus et que dix avions avaient déjà été équipés pour être prêts à utiliser ce genre d'armement.

Il n'y a rien d'inhabituel ici : les États-Unis font cela depuis des décennies. Ils déploient depuis longtemps leurs armes nucléaires tactiques sur le territoire de leurs alliés, a déclaré Vladimir Poutine lors d'une entrevue à la télévision russe.

Nous avons convenu de faire de même, a-t-il ajouté, disant prévoir de former les équipages à partir du 3 avril et de terminer la construction d'un entrepôt spécial pour les armes nucléaires tactiques sur le territoire du Bélarus le 1er juillet.

Le président russe Vladimir Poutine

Le président russe Vladimir Poutine

Photo : AP / Mikhail Metzel

M. Poutine admet qu'il a peur de perdre [la guerre] et que tout ce qu'il peut faire, c'est de faire peur, a déclaré dimanche sur Twitter un conseiller présidentiel ukrainien, Mykhaïlo Podoliak.

Il a également accusé le dirigeant russe de violer le traité de non-prolifération nucléaire.

M. Poutine, lors de son annonce, avait précisé que ce déploiement au Bélarus se ferait sans contrevenir à nos accords internationaux sur la non-prolifération nucléaire.

La guerre en Ukraine

Si le Bélarus ne prend pas part directement au conflit en Ukraine, Moscou s'est servi de son territoire pour conduire son offensive sur Kiev l'année dernière ou pour mener des frappes, selon les autorités ukrainiennes.

Vladimir Poutine a motivé sa décision samedi par la volonté du Royaume-Uni d'envoyer des munitions à uranium appauvri à l'Ukraine, comme évoqué récemment par une responsable britannique.

M. Poutine a menacé de recourir également à ce type d'obus, utilisé pour percer les blindages, si Kiev venait à en recevoir.

Il a qualifié ce type d'obus d'arme parmi les plus dangereuses et qui génère ce que l'on appelle des poussières de radiation.

Lors de récentes négociations à Moscou entre Vladimir Poutine et Xi Jinping, les deux dirigeants avaient énoncé dans une déclaration commune qu'une guerre nucléaire ne doit jamais être déclenchée, car il ne peut y avoir de vainqueurs.

Plusieurs responsables russes, dont l'ancien président Dmitri Medvedev, ont toutefois menacé l'Ukraine et les Occidentaux de l'arme nucléaire depuis le début de l'offensive russe lancée le 24 février 2022.

La Russie a en outre suspendu le mois dernier l'important traité de désarmement nucléaire New Start signé avec les États-Unis, bien qu'elle a promis de respecter la limitation de son arsenal nucléaire jusqu'à la fin effective de cet accord le 5 février 2026.

La doctrine nucléaire russe ne prévoit pas l'utilisation préventive par la Russie de l'arme nucléaire, mais seulement en réponse à une attaque envers elle ou ses alliés, ou en cas de menace sur l'existence même de l'État.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...