•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le lancement en virtuel de la Semaine provinciale de fierté française déçoit certains

La Fédération des jeunes francophones du N.-B. aurait préféré une cérémonie en présentiel.

Des drapeaux acadiennes flottent devant le Carrefour Beausoleil

Toutes les écoles francophones du Nouveau-Brunswick célèbrent la Semaine provinciale de la fierté française par diverses activités.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Depuis lundi, les élèves francophones du Nouveau-Brunswick célèbrent la Semaine provinciale de la fierté française. Si de nombreuses activités se déroulent dans toutes les écoles francophones, le lancement de cet événement bien connu a été fait de façon virtuelle, ce qui en déçoit certains.

La Semaine provinciale de la fierté française (SPFF) fait partie du parcours scolaire depuis de nombreuses années. Il s’agit d’un événement marquant pour les élèves francophones des écoles primaires et secondaires, qui célèbrent la richesse et la vitalité de la langue française par diverses activités.

Normalement, une école francophone de la province est choisie pour organiser le lancement de la SPFF. En 2019, c’était le tour de l’École L’Odyssée de Moncton.

Des élèves enthousiastes qui forment une haie d'honneur devant l'école L'Odyssée.

Les élèves de l'école L'Odyssée ont déroulé le tapis rouge pour accueillir les dignitaires invités au lancement de la Semaine de la fierté française dans les écoles du Nouveau-Brunswick en 2019.

Photo : Twitter/Présidente AEFNB

Pendant la pandémie, le lancement a été fait de façon virtuelle. Cette année, pour la 34e SPFF, le mode virtuel a une fois de plus été retenu.

Le ministère de l’Éducation et du Développement de la petite enfance explique cette décision en affirmant que ce format permet de mettre en lumière des artistes acadiens qui font rayonner la francophonie et que les activités proposées peuvent être vécues en salle de classe, mais aussi en famille.

Les jeunes ont décroché du virtuel, selon la FJFNB

Par courriel, le ministère indique aussi qu’il est important d’être en phase avec les attentes des jeunes d’aujourd’hui et avec les moyens d’exprimer la fierté à l’égard de la langue française.

Comme partout ailleurs au pays, les élèves néo-brunswickois ont vécu leur lot de défis pendant la pandémie, où le mode virtuel a été préconisé.

Selon les membres du conseil de direction de la Fédération des jeunes francophones du Nouveau-Brunswick (FJFNB), les jeunes ont décroché du virtuel et il est beaucoup moins intéressant de s’asseoir devant un ordinateur pour écouter la cérémonie d’ouverture comparativement à la vivre avec des collègues et autres, explique le coordinateur des communications de l’organisme, Sébastien Haché, dans un courriel.

Ainsi, selon la FJFNB, le choix du mode virtuel quant au lancement officiel de cet important événement a créé une certaine déception.

Du côté de l’Association des enseignantes et des enseignants francophones du Nouveau-Brunswick, on croit que la décision de tenir un rassemblement provincial en mode virtuel a ses avantages et ses inconvénients.

Il permet à plus d’élèves, de parents et d’enseignants de prendre part à cette fête provinciale, ainsi qu’à un groupe d’élèves de développer les compétences pour la diffusion, indique la présente Nathalie Brideau.

Nathalie Brideau en entrevue par webcam.

Nathalie Brideau, présidente de l'Association des enseignantes et enseignants francophones du Nouveau-Brunswick (Photo d'archives)

Photo : Radio-Canada

Toutefois, celle-ci reconnaît que de faire passer certaines émotions en lien avec la construction identitaire à l’écran est une tâche plus difficile, bien que ça reste possible. Elle ajoute ne pas savoir pour quelles raisons cette décision a été prise, mais qu’elle fait confiance au comité organisateur qui connaît l’impact positif que peut avoir un événement en présentiel.

Le ministère de l’Éducation et du Développement de la petite enfance ajoute que chaque école planifie des activités pour leurs élèves et que différentes vidéos et ressources sont disponibles sur le site web de la SPFF (Nouvelle fenêtre).

Avec les informations de Félix Arseneault

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...