•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Violences sexuelles : les comités de parents demandent une loi-cadre dans les écoles

Une salle de classe vide.

La fédération des comités de parents souhaite que des formations soient aussi offertes dans les écoles (archives).

Photo : Getty Images/iStock/DONGSEON KIM

Radio-Canada

La Fédération des comités de parents du Québec accueille favorablement l’enquête générale sur les agressions sexuelles dans les écoles qui sera menée par Québec. La fédération s’attend à un plan d’action de la part de Québec et demande à ce qu’une loi-cadre soit aussi mise en place dans les écoles primaires et secondaires.

La multiplication d’allégations d’agressions sexuelles a forcé le ministre de l’Éducation Bernard Drainville à déclencher une enquête générale sur les agressions sexuelles dans les écoles. Il en a fait la déclaration mardi après-midi à l’Assemblée nationale.

Cela fait suite à des parents, des élèves et des députées qui sont sortis lundi midi pour critiquer l’école Massey Vanier High School de Cowansville dans sa gestion d’un cas d’allégation d’inconduite sexuelle.

Le président de la Fédération des comités de parents du Québec, Kevin Roy, qui est également parent, dit que les situations qui sont alléguées dans les écoles au Québec sont inquiétantes.

Pour nous c’était le temps que l’on fasse de quoi pour contrer, pour prévenir, les violences à caractère sexuel, lance Kevin Roy au micro de Chantal Rivest au Téléjournal Estrie.

Un homme accorde une entrevue via visioconférence.

Kevin Roy est le président de la Fédération des comités de parents du Québec (FCPQ) (archives).

Photo : Radio-Canada

« Moi j’ai des enfants dans des écoles. Je veux qu’ils soient bien dans l’école, je veux qu’ils se sentent protégés. »

— Une citation de  Kevin Roy, président de la Fédération des comités de parents du Québec

En tant que parent, ce sont des choses qui nous inquiètent, qui viennent nous chercher, qui nous donnent parfois même des petits frissons, donc pour nous c’est important que le ministre agisse pour prévenir les violences à caractère sexuel, soutient Kevin Roy.

L’enquête qui sera menée par Québec va entre autres se pencher sur le processus du traitement des plaintes et sur le processus d’embauche des écoles afin de déterminer s’il y a des lacunes.

Les comités de parents demandent une loi-cadre

La Fédération des comités de parents demande qu’une loi-cadre soit créée pour encadrer et prévenir toutes les violences à caractère sexuel dans les écoles. Un peu comme ce qui se fait à l’heure actuelle dans les universités et les Cégeps, ça devrait aussi être le cas dans les écoles primaires et secondaires , précise le président.

La fédération souhaite que des formations soient aussi offertes au personnel et aux élèves.

« On veut prévenir, on ne veut pas que ça arrive. »

— Une citation de  Kevin Roy, président de la Fédération des comités de parents du Québec

On demande aussi que quelqu’un soit désigné dans chacune des écoles pour recueillir ces plaintes-là , ajoute M. Roy. Parce qu’une plainte de violence à caractère sexuel, ça ne doit pas suivre le même chemin qu’une plainte normale, par exemple l’autobus est arrivé en retard , met-il de l’avant.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...