•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec mènera une enquête générale sur les inconduites sexuelles en milieu scolaire

Bernard Drainville, en conférence de presse à l'Assemblée nationale.

Le ministre de l'Éducation du Québec, Bernard Drainville

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

La Presse canadienne

Le ministre de l'Éducation, Bernard Drainville, a annoncé mardi le déclenchement d'une enquête « de portée générale » à la suite de multiples dénonciations et d'allégations d'inconduites de nature sexuelle ou de comportements inadéquats dans le réseau scolaire.

M. Drainville a indiqué avoir mandaté des fonctionnaires pour qu'ils fassent la lumière concernant toute situation impliquant des comportements pouvant raisonnablement faire craindre pour la sécurité physique ou psychologique des élèves, incluant celles qui seraient portées à l'attention du ministère de l'Éducation.

Le ministre venait d'être interpellé au Salon bleu par la députée de Québec solidaire Ruba Ghazal à propos d'agressions sexuelles dont auraient été victimes des élèves d'une école secondaire de Cowansville, en Estrie.

Ces jeunes et leurs parents ont dénoncé ces gestes auprès de la direction de l'école et du centre de services scolaire, mais rien n'a été fait pour réellement les protéger, a déploré la porte-parole solidaire en matière d'éducation.

M. Drainville a confirmé avoir signé, tout juste avant d'entrer en Chambre, une lettre donnant le feu vert à une enquête générale, qui pourrait aussi inclure la situation à Cowansville.

Une nouvelle loi réclamée

Ruba Ghazal en point de presse.

Ruba Ghazal est la porte-parole de Québec solidaire en matière d'éducation.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Mme Ghazal a réclamé une loi similaire à celle qui s'applique dans les cégeps et les universités afin de renforcer les moyens pour prévenir les violences à caractère sexuel.

Ce serait même complémentaire au travail du protecteur national de l'élève, que j'ai rencontré récemment. Il m'a dit que d'avoir une loi-cadre, ça pourrait même l'aider dans son travail. C'est complémentaire, ce n'est pas en contradiction, a-t-elle soutenu.

M. Drainville a répondu que des protecteurs régionaux de l'élève vont entrer en fonction à partir de septembre prochain, et qu'ils pourront se saisir prioritairement des cas de violence sexuelle dans les écoles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...