•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Budget provincial : des mesures en droite ligne avec les besoins économiques de la région

Une pancarte indiquant Bécancour, Trois-Rivières et Gentilly en hiver devant le bâtiment de la société du parc industriel et portuaire de Bécancour.

Le budget du gouvernement du Québec a été déposé mardi. (Photo d'archives)

Photo : Radio-Canada / Jean-François Fortier

Plusieurs des investissements contenus dans le budget Girard cadrent bien avec les principaux enjeux soulevés par les acteurs économiques de la Mauricie et du Centre-du-Québec, notamment en matière de lutte à la pénurie de main-d’œuvre et de soutien à l’investissement. En revanche, le plan budgétaire ne contient aucune mesure concernant spécifiquement le projet de zone d’innovation.

La pénurie de main-d’œuvre représente l’un des défis les plus importants lié à l’implantation de la future vallée de la transition énergétique, laquelle doit réunir les villes de Bécancour, Trois-Rivières et Shawinigan.

Pour faire face à cet enjeu qui n’épargne aucune région du Québec, le ministre des Finances, Eric Girard, a annoncé mardi des initiatives totalisant 615 M$ sur 6 ans.

Elles visent entre autres à appuyer l’intégration socioéconomique des personnes immigrantes et à soutenir les entreprises dans leur recherche de travailleurs.

Sur les 615 M$, 214 M$ iront à la bonification de l’appui offert pour l’apprentissage du français par le déploiement de Francisation Québec.

Formation de courte durée

De plus, une somme de 100 M$ sera dévolue à la reconduite du volet de requalification et de rehaussement des compétences de la main-d’œuvre dans le cadre du Programme de formation de courte durée, le COUD.

Parmi les efforts mis de l’avant par le gouvernement Legault pour améliorer la productivité et accélérer la modernisation des entreprises, certaines peuvent être liées au projet de vallée de transition énergétique.

Québec investira notamment 100 M$ d’ici 5 ans afin de poursuivre le déploiement des zones d’innovation.

Il injectera également 40 M$ sur 4 ans pour accueillir des projets d’investissement d’envergure au Québec, notamment ceux de la filière batterie, en mettant à la disposition des entreprises des terrains industriels de grande superficie.

 Cette somme permettra notamment de réaliser des études pour la caractérisation de terrains, des travaux d’ingénierie et d’avant-projet ainsi que d’assurer le développement durable des sites industriels , peut-on lire dans le plan budgétaire.

Le nouveau congé fiscal pour grands projets d’investissement risque de faire le bonheur des promoteurs de la future zone d’innovation. La mesure représente un soutien financier aux entreprises évalué à 373 M$ sur 5 ans.

 [Le congé fiscal] appuiera la réalisation de près de 100 nouveaux projets d’investissement en sol québécois, générant des investissements qui totaliseront plus de 24 G$ à terme , précise le gouvernement.

Autres faits saillants du budget :

  • 69,4 M$ pour transformer et moderniser l’École nationale de police du Québec (ENPQ) à Nicolet
  • 7,9 M$ investis l’an prochain dans l’usine de biométhanisation Saint-Étienne-des-Grès, qui entre en phase de réalisation
  • La Tuque, Shawinigan ainsi que les territoires de Maskinongé et de Mékinac auront droit au congé fiscal offert aux territoires confrontés à une faible vitalité économique : 25 % des dépenses d’investissement admissibles

Avec la collaboration de Raphaëlle Drouin et de Jean-François Nadeau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...