•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des chauffeurs d’autobus de la vallée du Fraser s’apprêtent à débrayer lundi

Trois travailleurs des transports en commun manifestent avec des pancartes, à Abbotsford à la fin février.

Des travailleurs des transports en commun de la vallée du Fraser, en Colombie-Britannique, se sont rassemblés devant l'Hôtel de Ville d'Abbotsford à la fin du mois du février.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Radio-Canada

Plus de 200 chauffeurs et d'autres travailleurs du transport en commun dans la vallée du Fraser comptent débrayer lundi, selon leur syndicat. Les villes touchées seront notamment Abbotsford, Chilliwack, Mission, Agassiz, Harrison et Hope.

Seuls les services essentiels devraient être assurés. Les véhicules HandyDart qui transportent des patients ayant besoin d'une dialyse ou de traitements contre le cancer seront les seuls à opérer.

Un porte-parole de la section locale 561 du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) assure que trois jours de négociations cette semaine n’ont pas permis de progrès concernant une nouvelle convention collective.

Les chauffeurs d’autobus réclament de meilleurs salaires et la mise en place d'un régime de retraite. Leur employeur First Transit, un sous-traitant de BC Transit, affirme avoir offert des hausses de salaire conséquentes. Selon le syndicat, elles ne comblent cependant pas l'écart avec leurs collègues d'autres réseaux de transport en commun comme TransLink.

Dimanche après-midi, le représentant national du SCFP, Liam O'Neill, a déclaré qu'aucune nouvelle discussion n'avait eu lieu. L'employeur ne bouge pas sur les salaires ou la retraite.

BC Transit a assuré plusieurs fois que le conflit est entre son sous-traitant, et le syndicat. Plus tôt ce mois, First Transit assurait avoir présenté aux travailleurs une offre qui prévoyait des augmentations salariales importantes correspondant aux tendances observées dans l'ensemble de la province, ainsi que des améliorations structurelles visant à accroître la fiabilité du service.

Le SCFP explique que les enjeux clés des négociations concernent un écart de salaires avec d’autres chauffeurs des communautés avoisinantes, les conditions de travail et le besoin d’un régime de retraite.

Le SCFP a annoncé un avis de grève le 30 janvier et les chauffeurs ont cessé de faire payer les usagers quelques jours plus tôt. Les autobus sont restés au garage fin février et également la semaine dernière lorsque des chauffeurs ont cessé de travailler pendant deux puis trois jours.

Au cours des douze derniers mois, des chauffeurs d’autobus se sont mobilisés dans plusieurs zones de la province pour obtenir de meilleures conventions collectives.

Avec les informations de Liam Britten et Eva Uguen-Csenge

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...