•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À Vancouver, des travailleurs migrants réclament la résidence permanente

Des manifestants montrent leurs pancartes.

À Vancouver, et dans différentes villes canadiennes dimanche, des travailleurs migrants et leurs alliés ont réclamé la résidence permanente pour tous les travailleurs étrangers temporaires, réfugiés, et travailleurs sans-papiers.

Photo : Radio-Canada / William Burr

Plus d'une centaine de personnes se sont rassemblées à Vancouver dimanche pour réclamer la résidence permanente pour tous les travailleurs migrants et les réfugiés, dans le cadre de la Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale.

Le mouvement Statut pour tous réunit une trentaine de groupes à Vancouver. Beaucoup de travailleurs migrants au Canada sont responsables de la production de la nourriture, la garde des enfants, et les soins pour les personnes malades et âgées. Et pourtant, on les prive de droits fondamentaux, dit Gizel Gedik, une des organisatrices de la manifestation.

Trois femmes fixent l'appareil-photo, lors d'une manifestation pour les droits des migrants.

Milafe Buton, à droite, et deux autres manifestantes, Rina Zamara et Judith Diesta. Milafe Buton est encore travailleuse temporaire étrangère après cinq ans au pays.

Photo : Radio-Canada / William Burr

Cinq ans de travail temporaire

L’une des manifestantes, Milafe Buton, qui travaille à temps plein en tant que soignante auprès de personnes âgées, est une travailleuse étrangère temporaire au Canada depuis presque cinq ans. Elle dit qu’elle n’est pas pour autant plus proche de la résidence permanente, notamment à cause d'un manque d’éducation postsecondaire.

Son séjour au Canada n’a pas été de toute facilité. Elle affirme que son premier employeur a abusé d’elle et qu'elle a dû se sauver dans un refuge temporaire. Je suis si reconnaissante d’avoir survécu, dit-elle. Elle ajoute que si elle n'avait pas à se soucier d’être expulsée du pays un jour, cela représenterait un énorme soulagement.

Je paie mes impôts, je travaille, j’espère faire une demande pour la résidence permanente, mais ô, mon dieu, il y a beaucoup de défis!

Une citation de Milafe Buton, travailleuse étrangère temporaire

En décembre 2021, le premier ministre Justin Trudeau a promis de créer un programme pour régulariser le statut des travailleurs sans papiers, et d’élargir les voies d’accès à la résidence permanente pour les étudiants internationaux et les travailleurs étrangers temporaires. Les manifestants disent vouloir le talonner pour qu'il tienne sa promesse.

Dans un courriel, Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada affirme que la mise en place de ces engagements est en cours.

Quatre femmes à une manifestation pour les droits des migrants.

Yvonne Marcus, à droite, et trois autres femmes qui sont venues appuyer les travailleurs migrants.

Photo : Radio-Canada / William Burr

D’autres manifestants, des citoyens canadiens, sont venus dénoncer ce qu’ils considèrent comme une injustice. Selon Yvonne Marcus, la situation des travailleurs migrants peut empirer rapidement lorsqu'ils se retrouvent dans des fermes isolées de toute zone urbaine. Ils sont exploités. Nous sommes privilégiés d'avoir les moyens d'acheter des fruits et légumes, alors qu'ils sont traités de manière atroce sur certaines fermes.

D’autres rassemblements ont eu lieu dimanche à Edmonton, Montréal, Toronto, et Niagara.

Avec les informations de Yasmin Gandham

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Colombie-Britanique

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Colombie-Britanique.