•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Léonard de Vinci, fils d’une esclave, ne serait qu’à moitié italien

Autoportrait présumé de Léonard de Vinci.

Autoportrait présumé de Léonard de Vinci (1499-1500) exposé au musée des Offices de Florence.

Photo : Musée des Offices/domaine public

Agence France-Presse

Léonard de Vinci, auteur de La Joconde et symbole de la Renaissance, n'était en fait qu'à moitié italien, a affirmé mardi à Florence un éminent universitaire, selon lequel la mère du génie était une esclave circassienne.

Alors que jusqu'ici la mère de Léonard de Vinci était présentée comme la fille d'un paysan toscan, un spécialiste de la Renaissance et professeur à l'Université de Naples, Carlo Vecce, a conclu de ses recherches dans les archives de la ville de Florence que celle-ci avait une histoire bien plus tourmentée.

« C'était une femme qui a été enlevée dans son pays d'origine dans les montagnes du Caucase, vendue et revendue plusieurs fois à Constantinople puis à Venise, et elle est enfin arrivée à Florence, où elle a rencontré un jeune notaire, Pierre de Vinci. »

— Une citation de  Carlo Vecce, Université de Naples

Leur fils se nomme Léonard, lâche dans un sourire celui qui s'est inspiré de ce parcours pour le moins extraordinaire pour écrire un roman racontant l'odyssée de cette femme jusqu'ici méconnue, intitulé Le sourire de Catherine - La mère de Léonard de Vinci.

Les découvertes de cet universitaire traquant depuis des années tout ce qui touche à Léonard de Vinci jettent une nouvelle lumière sur cet archétype du génie universel né en 1452 qui a sillonné l'Italie pendant toute sa vie et qui a fini par mourir en France, à Amboise, en 1519, à la cour de François 1er.

Cette théorie promet aussi de faire du bruit dans le petit monde des spécialistes de la Renaissance italienne, qui ne manqueront pas de l'examiner à la loupe.

Mais Carlo Vecce fonde ses affirmations sur toute une série de documents historiques qu'il a patiemment récoltés dans les archives. Le plus important est un document écrit par Pierre de Vinci en personne, le père de Léonard : il s'agit de l'acte d'émancipation de Catherine, un acte notarié qui permet à cette dernière de récupérer sa liberté et sa dignité d'être humain.

Ce précieux document datant de 1452 a été présenté mardi au cours d'une conférence de presse au siège de la maison d'édition florentine Giunti, devant un parterre de médias internationaux. Le Pr Vecce ne manque pas de souligner que c'est donc l'homme qui a aimé Catherine quand elle était encore une esclave et qui a eu un enfant avec elle qui l'a aidée à retrouver la liberté.

Un changement radical de perspective puisque, jusqu'ici, on considérait que Léonard était le fruit d'une relation amoureuse illégitime entre Pierre de Vinci et une jeune paysanne toscane nommée Caterina di Meo Lippi.

Selon Carlo Vecce, les tribulations de sa mère esclave et migrante ont évidemment eu un impact sur l'œuvre du génial Léonard, auquel Catherine a laissé un héritage important et avant tout l'esprit de liberté qui inspire toute son œuvre scientifique et intellectuelle.

Léonard de Vinci fait en effet partie des artistes de son époque dits polymathes : il maîtrise plusieurs disciplines comme la sculpture, le dessin, la musique et la peinture, qu'il place au sommet des arts, et bien sûr les sciences. Dans le domaine de la recherche scientifique, rien ne l'arrête, commente le Pr Vecce.

L'histoire de la mère de ce totem de la culture universelle telle que racontée par cet enthousiaste universitaire semble presque trop belle pour être vraie.

Et pourtant, cette théorie est de loin la plus convaincante, tranche Paolo Galluzzi, un historien spécialiste de Léonard de Vinci et membre de l'académie scientifique dei Lincei de Rome, interrogé par l'AFP à Florence et qui met en avant la qualité des documents fournis par son collègue.

« Il subsiste bien sûr un minimum de doutes, parce que nous ne pouvons pas prouver [cette théorie] par un examen d'ADN. »

— Une citation de  Paolo Galluzzi, Académie scientifique dei Lincei

Mais lui-même n'est pas si surpris que cela : cette période historique marque le début de la modernité, des échanges entre peuples, cultures et civilisations qui ont donné naissance au monde moderne.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...