•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une soupe populaire de Thunder Bay sert plus de repas que jamais

Michael Quibell pose pour une photo dans un entrepôt d'aliments.

Michael Quibell, directeur général de la soupe populaire Dew Drop Inn, est fier du travail accompli par son équipe de bénévoles, mais s'inquiète de l'augmentation de la demande.

Photo : CBC/Sarah Law

Radio-Canada

L’organisme St Andrew’s Dew Drop Inn, situé au centre-ville du secteur nord de Thunder Bay, a servi 122 768 repas en 2022, un record depuis sa fondation en 1972, et ça continue d’augmenter depuis le début de 2023, en raison de la hausse du coût de la vie.

En janvier et février de cette année, il y a eu respectivement 2500 et 2000 repas servis de plus que lors des mêmes mois en 2022.

Selon le directeur général de Dew Drop Inn, Michael Quibell, ces statistiques sont un signe des temps, et les temps deviennent plus durs.

En 2022, le salaire horaire viable pour Thunder Bay a fait un bond de plus de 3 $ par rapport à 2021, passant de 16,30 $ à 19,70 $ de l’heure, selon les derniers calculs du Réseau ontarien du salaire décent (Ontario Living Wage Network).

Un salaire viable, ou décent, est calculé en fonction du coût de la vie dans chaque ville.

Le salaire minimum est de 15,50 $ de l’heure en Ontario.

Entre 20 et 25 % des visiteurs de la soupe populaire ont commencé à la fréquenter récemment, et plus de 60 % sont âgés de 60 ans et plus.

Les gens se démènent, en particulier ceux qui ont un revenu fixe, les personnes âgées, les bénéficiaires du programme Ontario au travail et du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées (POSPH). C'est vraiment difficile pour eux, a déclaré M. Quibell.

Nous avons eu une femme qui est venue récemment, une jeune mère, qui devait choisir entre [acheter un] médicament pour sa fille ou de la nourriture, raconte le directeur général de Dew Drop Inn. Elle a choisi le médicament.

« C'est une sorte de montagnes russes d'émotions parce que nous sommes vraiment fiers de ce que nous faisons, mais il est inquiétant de voir que tant de gens ont besoin de nos services et que les chiffres augmentent. »

— Une citation de  Michael Quibell, directeur général de Dew Drop Inn

Marcus Koski est un habitué de Dew Drop Inn depuis une dizaine d’années. Il s’y rend tous les jours.

Marcus Koski pose pour une photo.

Marcus Koski affirme se sentir bien accueilli par les bénévoles de Dew Drop Inn. Son déplacement entre chez lui et la soupe populaire est un de ses moments préférés de la journée.

Photo : CBC/Sarah Law

Il est prestataire du POSPH et sa visite à la soupe populaire lui permet de sortir de chez lui et de socialiser, en plus de se procurer de la nourriture.

Je suis heureux d’avoir cet endroit, confie-t-il. Je ne sais pas ce que je ferais sinon.

Pas de congés pour la faim

Récemment, Dew Drop Inn a servi 488 repas en une journée, un record, en excluant l’Action de grâce en octobre dernier où 682 soupers de dinde avaient été distribués.

L’organisme est ouvert toute l’année, y compris le jour de Noël.

Il compte sur des équipes de bénévoles, huit pour le quart du matin et autant pendant l’après-midi.

Dew Drop Inn reçoit des dons de nourriture de membres de la communauté, de propriétaires d’entreprises, d’épicerie et de banques alimentaires.

Les gens peuvent manger sur place ou obtenir un repas à emporter, une option qui a été ajoutée en raison de la pandémie de COVID-19.

Marcus Koski raconte qu’il apporte habituellement son repas chez lui, mais qu’à l’occasion il prend le temps de s’asseoir et de discuter. C'est en quelque sorte une activité qui me permet de rencontrer des gens, de voir des gens que je connais.

Les repas à emporter sont distribués tous les jours de 9 h à 15 h 30, et les repas chauds sont servis sur place de midi à 15 h 30.

Avec les informations de Sarah Law, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...