•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Gee-Gees veulent sortir de l’ombre des Ravens au championnat canadien

Un joueur des Ravens tente de bloquer le tir d'un joueur des Gee-Gees.

Les Gee-Gees de l'Université d'Ottawa et les Ravens de l'Université Carleton font partie des favoris pour remporter le championnat canadien universitaire de basketball masculin.

Photo : Greg Kolz (Gee-Gees de l'Université d'Ottawa)

Avec 16 titres nationaux lors des 19 derniers tournois, le programme de basketball masculin de l'Université Carleton est le plus dominant au pays, tous sports confondus. Mais pour une rare fois cette année, les Ravens n'ont plus leur aura d'équipe invincible à l'aube du championnat canadien, qui se déroulera à Halifax du 10 au 12 mars.

Les hommes de Taffe Charles ont subi une cuisante défaite de 79 à 57 aux mains des Gee-Gees de l'Université d'Ottawa à leur dernière sortie, en finale de la Coupe Wilson. Les Ravens ont donc mis les pieds en Nouvelle-Écosse avec le couteau entre les dents, prêts à prouver qu'il s'agissait seulement d'une erreur de parcours.

Ce qu'on a accompli auparavant importe peu en ce moment, mais ça fait en sorte qu'on sait ce que ça prend pour gagner et on s'y est préparé, assure l'entraîneur-chef des triples champions en titre.

L'Université Carleton a rendez-vous avec les champions québécois, les Citadins de l'UQAM, en quarts de finale, vendredi.

On se préoccupe seulement du premier match, insiste M. Charles. C'est une équipe athlétique, mais on doit éviter les revirements et se concentrer sur notre jeu.

Le prestigieux tournoi de fin de saison avait lieu à Halifax lorsque les Ravens ont amorcé leur dynastie, en 2002-2003. Taffe Charles, qui était entraîneur-adjoint de l'équipe à l'époque, espère que ses joueurs sauront souligner le 20e anniversaire de cette première conquête en répétant l'exploit cette année.

Les Gee-Gees veulent marquer l'histoire

De leur côté, les Gee-Gees attendent toujours de mettre la main sur leur premier championnat national. Ils sont passés bien prêts d'être couronnés vainqueurs en 2014 et en 2015, s'inclinant chaque fois en finale contre leurs rivaux de toujours, les puissants Ravens.

L'entraîneur-chef James Derouin espérait avoir une nouvelle chance de s'emparer du trophée W. P. McGee depuis lors, chose qu'il pourrait faire dans quelques jours si tout se déroule comme prévu pour son équipe.

C'est tout ce que je désire. J'y rêve en tant qu'ancien étudiant et joueur des Gee-Gees. Je suis impliqué dans le programme depuis près de 25 ans et j'en suis très fier. Il y a une seule chose qui nous manque : on a tout gagné sauf le championnat national.

Une citation de James Derouin, entraîneur-chef de l'équipe de basketball masculin des Gee-Gees

Ce serait un grand accomplissement pour notre équipe, notre université et pour moi. Je suis arrivé au Canada il y a 3 ans. J'étais à une école sans équipe de basket et en l'espace d'un an, je suis champion de l'Ontario et ici au championnat national, souligne Jacques-Mélaine Guemeta, un joueur d'origine camerounaise.

Jacques-Mélaine Guemeta dribble le ballon lors de la finale de la Coupe Wilson.

Jacques-Mélaine Guemeta a été nommé sur l'équipe des meilleures recrues des Sports universitaires de l'Ontario en 2022-2023.

Photo : Greg Kolz (Gee-Gees de l'Université d'Ottawa)

Pour y arriver, les représentants de l'Université d'Ottawa devront d'abord se défaire des Wesmen de Winnipeg, une formation qu'ils avaient vaincue 70 à 61 lors d'un tournoi en décembre dernier.

Ils ont de bons grands joueurs et de bons gardes qui orchestrent le jeu. Il faudra être efficace défensivement, gagner la bataille des rebonds et réussir nos tirs à 3 points, estime M. Derouin.

C'est une équipe efficace et soudée et ils seront prêts à se battre pour la victoire comme nous, renchérit Guemeta.

Un match revanche dans le collimateur

Étant respectivement les 2es et 3es têtes de série du tournoi, les Gee-Gees et les Ravens s'affronteront en demi-finale de la compétition s'ils sortent tous deux gagnants de leur match d'ouverture, une perspective alléchante pour les amateurs de basketball de la capitale fédérale.

Cette victoire nous met en confiance et prouve qu'ils ne sont pas invincibles, soutient Jacques-Mélaine Guemeta.

Toutefois, le pilote des Gee-Gees n'oublie pas le dicton qui suggère « qu'il n'y a rien de plus dangereux qu'un animal blessé ». Les Ravens ont peut-être perdu des plumes lors de leur dernière rencontre, mais leurs griffes seront probablement plus aiguisées que jamais lors du match revanche.

Si on avance tous les deux, nous serons confiants parce qu'on a gagné samedi et ils seront déterminés parce qu'ils ont perdu. Au final, l'équipe gagnante sera celle qui prendra les meilleures décisions et qui fera le plus d'efforts, évalue James Derouin.

Par ailleurs, l'équipe féminine des Ravens de l'Université Carleton est la favorite pour remporter le championnat canadien chez les femmes. La compétition a également lieu en Nouvelle-Écosse cette année, dans la ville de Sydney.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

En cours de chargement...

Infolettre ICI Ottawa-Gatineau

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Ottawa-Gatineau.