•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les propriétaires de la pointe Langevin vont rencontrer Rio Tinto au sujet de l’érosion

Un arbre est penché au-dessus d'une rivière.

Cet arbre a subi les conséquences de l’érosion sur la pointe Langevin (archives).

Photo : Radio-Canada / Laurie Gobeil

Radio-Canada

La Ligue des propriétaires de Vauvert ainsi que Rio Tinto vont se rencontrer le 2 mai prochain à l'hôtel de ville de Dolbeau-Mistassini afin de trouver des solutions à l'érosion de la pointe Langevin située à la rencontre de la rivière Péribonka et de la petite rivière Péribonka, près du lac Saint-Jean.

Le dialogue avait été rompu entre les deux parties depuis plusieurs mois. Cette fois-ci, des intervenants externes, dont la Sécurité publique et la MRC de Maria-Chapdelaine prendront part aux négociations.

C’est la Ville de Dolbeau-Mistassini, en jouant le rôle de médiateur, qui a permis cette prochaine rencontre entre les deux parties. Dans l’objectif d’arriver à une conclusion plus positive que les précédentes, certains membres de la Ligue des propriétaires de Vauvert ont laissé leur place à d'autres représentants.

« C’est donner de l’information et faire un suivi sur de quoi qu’on avait perdu toute trace. On n’avait plus de données techniques et on ne savait plus où on s’en allait. Si je me mets à la place des propriétaires, je serais inquiet, je me poserais la question : "Est-ce que je suis rendu dans une zone dangereuse ?" Tout ça faisait que ça créait un petit peu d’anxiété. »

— Une citation de  André Guy, maire de Dolbeau-Mistassini
André Guy dans son bureau.

André Guy, maire de Dolbeau-Mistassini.

Photo : Radio-Canada / Laurie Gobeil

Il faut souligner que les discussions étaient devenues acrimonieuses, alors que deux ménages avaient perdu leur demeure sous le pic des démolisseurs en raison du phénomène d’érosion.

Les résidents plaident que c'est la rivière Péribonka, dont le débit est réglé par Rio Tinto, qui en est la cause. De son côté, la multinationale a toujours prétendu que c'est la Petite rivière Péribonka, où elle n'a pas de barrage, qui cause l'érosion de la pointe Langevin.

« On est bien contents de participer à cette rencontre-là. On y va avec une nouvelle approche. Je pense qu’on va mettre de côté les anciennes rancunes puis on va essayer de trouver une solution pour régler ce dossier-là définitivement. »

— Une citation de  Suzanne Morin, membre du conseil d'administration de la Ligue des propriétaires de Vauvert

Rio Tinto s'est contentée de dire, dans une déclaration écrite, qu'elle est partenaire depuis le début et qu'elle continue de collaborer avec toutes les parties impliquées dans le dossier.

Avec les informations de Mélissa Paradis

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...