•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des astronautes autour de la Lune en novembre 2024

Gros plan sur la pleine Lune.

Un astronaute canadien fera partie de la mission Artemis 2 qui devrait faire le tour de la Lune en 2024.

Photo : getty images/istockphoto / Kevin Wells

Agence France-Presse

La mission spatiale Artemis 2, qui doit emmener un équipage d'astronautes vers la Lune pour la première fois depuis 1972, est prévue pour novembre 2024, a annoncé mardi la NASA.

Ce calendrier est établi grâce à la réussite de la mission Artemis 1, qui s'était conclue en décembre, après un peu plus de 25 jours dans l'espace. Le vaisseau Orion, qui ne comportait personne à bord pour ce premier vol test, avait été propulsé par la nouvelle fusée SLS (la plus puissante du monde), et s'était mis avec succès en orbite autour de la Lune, avant de revenir sur Terre.

L'analyse détaillée de cette mission se poursuit, a déclaré lors d'une conférence de presse Jim Free, administrateur associé à la NASA. Mais les premiers retours d'expérience doivent permettre un décollage de la deuxième mission Artemis vers la fin novembre 2024, a-t-il dit. Soit dans plus d'un an et demi.

La NASA doit annoncer cette année les quatre heureux élus qui formeront l'équipage d'Artemis 2. On sait seulement qu'un Canadien en fera partie. Ils iront faire le tour de la Lune -  sans y atterrir - lors d'une mission d'une dizaine de jours.

Puis viendra Artemis 3, qui doit, elle, faire atterrir des astronautes sur la surface lunaire. Elle est officiellement toujours prévue pour 2025, bien que ce calendrier soit on ne peut plus incertain.

Nous avons toujours prévu approximativement 12 mois entre Artemis 2 et Artemis 3, a répété Jim Free mardi. Mais il a immédiatement souligné que la troisième mission serait liée à la finalisation de nombreux éléments indispensables, actuellement en développement.

Nous avons besoin d'un alunisseur, et nous devrons avoir nos combinaisons spatiales pour l'exploration de la surface lunaire, a déclaré M. Free.

L’atterrisseur sera une version du vaisseau Starship de SpaceX, mais dont le premier vol orbital n'a pas encore eu lieu. Les combinaisons spatiales sont quant à elles développées par l'entreprise Axiom Space.

Le programme Artemis doit envoyer la première femme et la première personne de couleur sur la Lune, quand le programme Apollo y avait emmené 12 hommes, tous blancs.

Artemis, dans la mythologie grecque, est la sœur jumelle d'Apollon (Apollo en anglais) et une déesse associée à la Lune.

Le but de la NASA est d'établir une présence durable sur la Lune, avec la construction d'une base à sa surface et d'une station spatiale en orbite autour d'elle.

Apprendre à vivre sur la Lune doit permettre de tester toutes les technologies nécessaires à un voyage d'une complexité encore plus grande : une mission aller-retour d'un équipage sur Mars.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...