•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après une année de construction, 20 logements abordables bientôt prêts

Le bâtiment de logements abordables en construction.

Les premiers coups de pelle ont été donnés en 2022.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Au 156, rue Marion, dans le quartier Saint-Boniface, la construction d’une vingtaine de logements abordables destinés à des organismes francophones devrait s’achever au mois d'août. Le loyer sera de 10 à 40 % plus bas que les prix du marché, selon l’organisme responsable du projet. 

On ne propose pas seulement un toit, mais aussi des services pour s’épanouir, explique le directeur financier de l’organisme Réseau compassion, responsable du projet, Robert Lafrenière. 

Selon lui, le projet espère répondre à la crise du logement abordable, exacerbée par la hausse générale des prix.

À terme, l’édifice comportera 48 appartements ainsi que des salles de réunion pour permettre aux futurs résidents de recevoir des clients, ou de faire des réunions en rapport avec leur activité professionnelle.

Les logements seront occupés par des clients des organismes sociaux, Sara Riel, St.Amant et Abri Marguerite.

Premier arrivé, premier servi

Le gestionnaire du programme de réinstallation des réfugiés à l’accueil francophone, Boris Ntambwe, affirme que la priorité sera accordée aux personnes en situation de handicap, même si la règle du premier arrivé, premier servi sera appliquée. 

Se loger à Winnipeg est un casse-tête pour de nombreux nouveaux arrivants, estime-t-il. 

L’organisme, qui aide les nouveaux arrivants francophones, remarque que, quand les temps sont durs, le choix du lieu de vie est dicté par les impératifs financiers. Nous savons que les gens sont contraints de quitter Saint-Boniface, dit Boris Ntambwe, alors que beaucoup d’immigrants expriment le désir de rester dans le quartier. 

Préserver l’aspect du quartier

Selon Walter Kleinschmit, ancien président et membre de l’association des résidents du vieux Saint-Boniface, il faut surtout préserver l’aspect visuel du quartier historiquement francophone de Winnipeg.

Quelqu’un qui a un terrain a besoin de mettre quatre appartements pour être rentable, alors que l’idéal serait de deux pour l'harmonie du quartier, affirme-t-il.

Il se dit également heureux de l’occasion que ce nouvel édifice offre de pouvoir rassembler la communauté francophone qui est désormais dispersée dans la ville. 

Avec les informations de Carla Geib et Lindsay Guéï

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Manitoba

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Manitoba.