•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Arrestation du journaliste Antoine Trépanier : deux policiers du SPVG seront suspendus

L'écusson du Service de police de la Ville de Gatineau sur l'uniforme d'un policier.

Les deux policiers de Gatineau sont accusés d’avoir dérogé à deux articles du Code de déontologie des policiers du Québec. (Photo d'archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Deux policiers du Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) écopent d’une suspension de plusieurs jours pour avoir arrêté le journaliste Antoine Trépanier, en 2018, alors que ce dernier était dans l’exercice de ses fonctions.

Le président du Comité de déontologie policière, le juge administratif Benoit Mc Mahon, a livré son verdict. Dans une décision rendue lundi, son comité impose 10 jours de suspension au sergent Mathieu La Salle Boudria et 12 jours de suspension au lieutenant Paul Lafontaine.

Les deux policiers de Gatineau sont accusés d’avoir dérogé à deux articles du Code de déontologie des policiers du Québec.

En décembre dernier, le Comité de déontologie policière avait reproché au sergent La Salle Boudria d’avoir « bâclé » son enquête et de n’avoir fait aucune démarche pour bien cerner le contexte, entre autres. Quant au lieutenant Lafontaine, on lui avait reproché d’avoir approuvé l’arrestation du journaliste.

Arrêté lors d'une enquête journalistique en 2018

Au moment des faits, Antoine Trépanier, qui travaillait alors pour Radio-Canada Ottawa-Gatineau, enquêtait sur la directrice générale des Grands Frères Grandes Sœurs de l’Outaouais (GFGSO), Yvonne Dubé.

Alors qu’il s’apprêtait à diffuser un reportage peu flatteur à son endroit, rappelait-on dans la décision du Comité datée du 6 décembre 2022, il sollicitait une entrevue avec Mme Dubé pour lui offrir de donner son point de vue à l'occasion de la publication de cette enquête.

Mme Dubé avait alors porté plainte contre M. Trépanier pour harcèlement.

Le journaliste a été arrêté le soir même par des policiers de Gatineau, puis remis en liberté après avoir signé une promesse de comparaître assortie de conditions, notamment celle de ne pas communiquer avec Mme Dubé.

Deux jours plus tard, M. Trépanier a publié son reportage dans lequel il révélait que Mme Dubé a pratiqué le droit pendant plusieurs mois sans être membre du Barreau de l'Ontario avant son embauche aux GFGSO et qu’elle n’en a jamais avisé le comité chargé d’analyser sa candidature.

Le SPVG avait transmis le dossier au Directeur des poursuites criminelles et pénales. Quelques jours après l’arrestation de M. Trépanier, celui-ci avait toutefois conclu qu’après un examen du rapport d'enquête produit par la police de Gatineau, aucun acte criminel n'a été commis par le journaliste. Par conséquent, aucune accusation criminelle n’avait été déposée contre M. Trépanier. Le SPVG, de son côté, avait admis avoir fait une erreur.

La section Commentaires est fermée

Compte tenu de la nature délicate ou juridique de cet article, nous nous réservons le droit de fermer la section Commentaires. Nous vous invitons à consulter nos conditions d’utilisation. (Nouvelle fenêtre)

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Ottawa-Gatineau

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Ottawa-Gatineau.